"Je préfère perdre 800 euros en une année de grève plutôt que 800 euros tous les mois quand je serai à la retraite", témoigne une professeure des écoles

franceinfo

Invitée de franceinfo mercredi 4 décembre, Haydée Leblanc, professeure des écoles à l’école Alain Détré à Abbeville dans la Somme et responsable syndicale Snuipp, se prépare à la grève. Elle se dit "prête à perdre 800 euros, en journées de grève pour l'avenir des solidarités dans ce pays". "Je préfère perdre 800 euros en une année de grève plutôt que 800 euros tous les mois quand je serais à la retraite. On va partir à la retraite à 64 ans, si on vit jusqu'à 84 ans, notre perte équivaut à 200 000 euros, une maison", a-t-elle ajouté.

Dans son école primaire, "l'école sera fermée, toute l'équipe est en grève : les enseignants, les dames de ménage, les cantinières, c'est vraiment du jamais vu", a-t-elle indiqué. À Abbeville dans la Somme, "il y aura 90% de grévistes et nous serons 70% à l'échelle du département". Seule revendication : "Le retrait pur et simple de ce projet de réforme mais on sait qu'on ne va pas l'obtenir en une journée et qu'on s'inscrit dans un mouvement sur la durée."


Aucune foi en les promesses de Jean-Michel Blanquer


Haydée Leblanc a dénoncé aussi les conditions de vie que certains enseignants subissent au quotidien. "On voit la condition salariale des enseignants se dégrader. Certains collègues me disent qu'ils ne vont plus en vacances. On a toute une partie de carrière où on est mal payés. Ce n'est que sur la fin qu'on est (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi