Précarité menstruelle : une sénatrice demande la gratuité des protections hygiéniques

La rédaction d'Allodocteurs.fr

"Travailleuses pauvres, femmes sans-abri, écrouées, habitantes de bidonvilles, étudiantes : beaucoup de femmes sont touchées par la précarité menstruelle". La sénatrice LREM Patricia Schillinger recommande d'expérimenter la gratuité des protections périodiques. L’objectif : lutter contre le "fléau" de la précarité menstruelle qui touche les femmes précaires, incarcérées et de nombreuses collégiennes et étudiantes lorsqu'elles ont leurs règles.

A lire aussi : Précarité menstruelle : quand avoir ses règles coûte cher

10.000 protections dans la vie d’une femme

Cette sénatrice a remis le 17 octobre un rapport à la secrétaire d'Etat en charge de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa. Ce texte comporte les conclusions de la mission qui lui avait été confiée en mai, à l'occasion de la "Journée mondiale de l'hygiène menstruelle".

"La gestion de l'hygiène féminine et l'accès à des protections périodiques relèvent des droits humains : de la dignité, de l'égalité entre les femmes et les hommes, de l'accès à l'éducation, de la santé des femmes", a-t-elle estimé.

Au cours de sa vie, une femme qui a ses règles utilise 10.000 protections périodiques. Selon une étude Ifop commandée en 2019 par Dons solidaires, citée dans le rapport de Patricia Schilinger, une sur dix renonce à changer de protection périodique aussi souvent que nécessaire par manque d'argent. Un comportement qui n'est malheureusement pas dénué de risque pour la santé des femmes.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi