Précarité, harcèlement, burn out : une ancienne doctorante lève le voile sur le mal-être de jeunes chercheurs

·1 min de lecture

Nourri par plus d’un millier de témoignages, Comment l’université broie les jeunes chercheurs (éditions Autrement) offre un éclairage puissant sur une réalité sous-estimée : les situations abusives auxquelles peuvent être confrontés les chercheurs en début de carrière. Son auteure, Adèle Combes, a répondu aux questions de la rédaction de La Recherche.

C’est l’un des livres qu’il faut lire en ce début d’année 2022. Son titre ? Comment l’université broie les jeunes chercheurs (éditions Autrement). Écrit par Adèle Combes, docteure en neurobiologie qui a aujourd’hui quitté le monde de la recherche, il donne à voir une réalité méconnue, sous-estimée aussi : les situations abusives auxquelles sont parfois confrontés les doctorants. Agressions sexuelles, violences psychologiques, remarques sexistes, vol de travaux, absence d’encadrement ou encore horaires de travail excessifs... Tous les jeunes chercheurs ne sont pas confrontés à ces dysfonctionnements, comme Adèle Combes l’explique elle-même, et comme le montre aussi l’étude du , parue en tout début d’année 2022. Mais il ne s’agit pas non plus d’un phénomène isolé. En témoignent les résultats que l’auteure a obtenus à l’issue de son enquête en ligne, à laquelle ont répondu 1.877 personnes, et les réactions à la sortie de son livre, qu’elle partage régulièrement sur son compte .

20 à 25 % des répondants confrontés au harcèlement

"25 % des répondants à l’enquête rapportent avoir subi une situation à connotation sexuelle ou sexiste au moins une fois durant leur doctorat et 20 % disent avoir été victimes de harcèlement moral, détaille-t-elle dans . Ce sont des chiffres importants mais ils concordent, par exemple, avec l’enquête publiée par la revue , en 2019, où l’on comptabilisait un total de 21 % des doctorants (sur plus de 6.300 répondants du monde entier) déclarant avoir vécu du harcèlement durant leur doctorat."

Un tiers des répondants ont connu dépression ou burn out

Une autre statistique marquante de cette enquête concerne l’impact de ces situations abusives sur la santé, notamment psychologique, des jeunes chercheurs. “J’ai été très surprise, choquée même, de voir à quel point la santé peut être impactée durant le doctorat : 33 % des répondants à mon questionnaire ont ainsi répondu avoir vécu un épisode de dépression, de burn out, déclaré spécifiquement durant le d[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles