Précarité étudiante: le gouvernement va débloquer 10 millions d'euros pour aider les associations d'aide alimentaire

Précarité étudiante: le gouvernement va débloquer 10 millions d'euros pour aider les associations d'aide alimentaire
Des étudiants viennent chercher des colis d'aide alimentaire le 28 janvier 2021 à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP
Des étudiants viennent chercher des colis d'aide alimentaire le 28 janvier 2021 à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Le gouvernement réagit. Les étudiants sont de plus en plus nombreux à se rendre tous les jours à l'aide alimentaire. Face à cette situation, selon les informations de BFMTV, la ministre de l'Enseignement supérieur Sylvie Retailleau et le ministre des Solidarités Jean-Christophe Combe vont annoncer ce mardi la mise en place d’un fonds de solidarité de 10 millions d’euros.

L'objectif est de soutenir les initiatives locales de distribution d’aide alimentaire, en contribuant au financement de 15.000 colis de courses alimentaires par semaine jusqu’à la fin de l’hiver (soit 300.000 colis).

Le fonds devrait également servir à structurer les réseaux de distribution, en lien avec les établissements d’enseignement supérieur.

Les associations ciblées par l'annonce qui sera faite par la ministre de l'Enseignement supérieur Sylvie Retailleau et le ministre des Solidarités Jean-Christophe Combe, sont, selon les informations de BFMTV, celles déjà structurées en réseau national ou celles en partenariats avec des établissements d’enseignement supérieur.

Car depuis le début de la crise Covid, de nombreux acteurs ont émergé dans les grandes villes étudiantes et organisent chaque semaine des distributions de repas, comme par exemple Cop1 ou Linkee.

Les repas à un euro jusqu'à Noël pour les étudiants précaires au Crous

Ce fonds de solidarité est "en complément du travail à long terme du Crous", dont le budget a été revalorisé cette année. Il y a quelques semaines, Sylvie Retailleau mettait également en avant l'enveloppe de 300 millions d'euros pour des mesures d'urgence pour la rentrée 2022.

Les étudiants en situation de précarité peuvent par exemple prétendre à un repas à un euro dans les restaurants universitaires jusqu'à Noël, même s'ils ne sont pas boursiers.

Mais de nombreux étudiants demandent plus. Car la crise est importante: chaque semaine, des milliers de jeunes se rendent à l'aide alimentaire. Ainsi, plusieurs syndicats et associations demandent la mise en place d'une allocation ou d'un revenu étudiant mensuel. Cette proposition sera d'ailleurs défendue par La France insoumise le 24 novembre à l'Assemblée nationale.

Article original publié sur BFMTV.com