Près de Nice, un centre commercial profite d’une faille juridique pour rouvrir ses portes

·2 min de lecture

Le centre commercial Polygone Riviera, à côté de Nice, a rouvert ses portes le 2 mars, estimant que l'arrêté préfectoral de fermeture ne s'appliquait qu'aux centres commerciaux fermés, et non ceux à ciel ouvert.

Lire les arrêtés préfectoraux dans le détail peut sauver des emplois et de l’argent. C’est ce qu’a découvert le centre commercial Polygone Riviera de Cagnes-sur-Mer, dans les Alpes-Maritimes. Dans un communiqué adressé le 1er mars à ses salariés, la direction du centre a indiqué que "le dernier arrêté préfectoral interdit l’ouverture des magasins et centres commerciaux de plus de 5.000 m2". Cela signifie donc, selon elle, que le texte "ne s’applique pas aux centres à ciel ouvert tels que Polygone Riviera".

La direction de ce gigantesque complexe en extérieur a donc procédé à la réouverture de ses enseignes dès le lendemain, le mardi 2 mars. Deux boutiques ne sont cependant pas concernées par cette bonne nouvelle : celles de Primark et du Printemps, qui font toutes deux plus de 5.000 m2 de surface, a fait savoir le journal local Nice-Matin.

La préfecture effectue une "analyse juridique" de la réouverture

Interrogé par le média, le directeur du centre commercial, Hugo Rey, se félicite de cette lecture entre les lignes de la décision de la préfecture et assure que "l’arrêté ne laisse planer aucun doute". Il estime en effet que Polygone Riviera a le même statut que les rues commerçantes, qui ont l'autorisation d'accueillir leurs clients. Et précise qu’il n’a pas reçu de "contre-indication" de la part de la préfecture. Cette dernière a fait savoir qu’elle procédait actuellement à une "analyse juridique précise" pour déterminer la légalité de cette réouverture.

Les centres commerciaux de plus de 20.000 m2 ont fermé leurs portes sur l’ensemble du territoire national, mais dans les Alpes-Maritimes, l’arrêté du 23 février a imposé des mesures plus drastiques, imposant la fermeture des commerces de plus 5.000 m2. La jauge a cependant été revue à la baisse : le centre, qui pouvait accueillir jusqu'à 9.000 clients, ne peut désormais en recevoir que 4.000 à la fois. Quatre "médiateurs Covid-19" ont également été embauchés afin de veiller au respect des mesures sanitaires et de distanciation physique.

>> A lire aussi - Alpes-Maritimes : les déplacements (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

Plus de 65 ans, femmes enceintes... les nouveautés de la stratégie vaccinale
L’économie du Canada a accusé une récession record en 2020
Les Etats-Unis sanctionnent la Russie après l’empoisonnement de Navalny
Dette : les grandes puissances vont emprunter un montant colossal en 2021
Pour protéger ses îles, le Japon autorise ses garde-côtes à tirer sur des navires chinois