Près d'un million de Rohingya se sont réfugiés au Bangladesh

Le Bangladesh a accueilli près d'un million de réfugiés de l'ethnie Rohingya qui ont fui les violences en Birmanie, a déclaré lundi l'ambassadeur du Bangladesh aux Nations unies Shameem Ahsan (à gauche) à Genève, évoquant une situation "intenable". /Photo prise le 23 octobre 2017/REUTERS/Denis Balibouse

GENEVE (Reuters) - Le Bangladesh a accueilli près d'un million de réfugiés de l'ethnie Rohingya qui ont fui les violences en Birmanie, a déclaré lundi l'ambassadeur du Bangladesh aux Nations unies à Genève, évoquant une situation "intenable".

Depuis le 25 août dernier, quelque 600.000 personnes ont traversé la frontière entre la Birmanie et le Bangladesh, pour fuir les violences militaires liées à une contre-offensive de l'armée birmane dans l'Etat d'Arakan où vivent les Rohingya, cette minorité musulmane apatride. L'armée birmane répondait à une attaque d'insurgés rohingyas. Cette opération a été qualifiée de nettoyage ethnique par les Nations unies.

"Il s'agit de l'exode le plus important d'un seul pays depuis le génocide rwandais en 1994", a déclaré Shameem Ahsan, qui s'exprimait lors d'une réunion des donateurs.

"En dépit de certaines affirmations qui disent le contraire, la violence en Arakan n'a pas cessé. Des milliers de personnes continuent d'entrer (au Bangladesh) chaque jour", a-t-il affirmé.

Le ministre bangladais de l'Intérieur se trouve à Rangoon pour des discussions dans le but de trouver "une solution durable" à la crise, a ajouté l'ambassadeur.

Mais, a-t-il ajouté, la Birmanie continue sa "propagande

qui présente les Rohingya comme des immigrants illégaux venus du Bangladesh".

"Ce déni flagrant de l'identité ethnique des Rohingya reste un obstacle majeur", a dit l'ambassadeur.

Les Nations unies cherchent à réunir 434 millions de dollars (370 millions d'euros) pour fournir d l'aide à 1,2 million de personnes sur six mois.

"Nous avons besoin d'argent face à des besoins en hausse. Ce n'est pas une crise isolée, c'est la dernière vague d'un cycle de persécutions, de violence et de déplacements qui dure depuis des décennies", a déclaré le responsable de l'aide humanitaire aux Nations unies, Mark Lowcock.

Il a estimé que les engagements se montaient à environ 340 millions de dollars (290 millions d'euros) avant la pause du déjeuner.

L'Union européenne a notamment promis 30 millions d'euros, le Koweït 15 millions de dollars (13 millions d'euros), l'Australie 10 millions de dollars australiens (6,6 millions d'euros) et le Royaume-Uni 12 millions de livres (13 millions d'euros).


(Stephanie Nebehay; Danielle Rouquié pour le service français)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages