Près de 600 Palestiniens détenus en Israël sans charges

L'ONG israélienne de défense des droits HaMoked a publié lundi 2 mai un rapport avec ce nouveau chiffre : en mai, Israël détenaient 604 personnes sans inculpation ni procès, presque tous sont Palestiniens,
car la détention administrative est très rarement utilisée contre des juifs israéliens. La dernière fois qu'il y avait autant de détenus administratifs, c'était en octobre 2016, à la suite d'une recrudescence d’attaques au couteau et d’attentats à la voiture bélier, perpétrés par des Palestiniens vivant sous occupation.

Avec notre correspondante à Ramallah, Alice Froussard

Tous ces détenus administratifs sont arrêtés sur la base de « preuves secrètes », ils ignorent les accusations portées contre eux, ne sont pas autorisés à se défendre devant un tribunal.

Les périodes de détention durent 6 mois, mais sont renouvelables et conduisent souvent à des mois, voire des années en détention.

Selon Israël, cette détention administrative est utilisée pour contrecarrer des attaques, une procédure qui permet aux autorités de détenir des suspects tout en continuant à recueillir des preuves.

L’État hébreu affirme que toutes les ordonnances de détention administrative sont soumises à un contrôle judiciaire.

Mais les Palestiniens et de nombreux groupes de défense des droits de l’homme l’affirment : ce système est largement abusif, il contourne une procédure de justice classique et empêche un réel procès.

« C’est bien au-delà de ce qui peut être justifié en vertu du droit international », précise Jessica Montell, la directrice de l’ONG HaMoked, qui ajoute que ce type de détention peut être utilisé, mais dans de rares circonstances et pour des périodes très brèves. « Il y a parfois aussi des erreurs d’identité », précise-t-elle.

En réaction à ces détentions administratives, plusieurs détenus palestiniens ont entamé des grèves de la faim. Nombre d’entre eux ont développé des problèmes de santé permanents.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles