Près de 500 civils toujours bloqués dans l'usine Azot de Severodonetsk

Les quelque 500 civils retranchés dans la grande usine chimique Azot de Severodonetsk n’ont pas pu être évacués ce mercredi. La Russie avait pourtant proposé la mise en place d’un couloir humanitaire. Mais selon les autorités ukrainiennes, celui-ci était assorti d’une date limite de reddition. L’offre a donc été refusée.

Si certains civils venant du Donbass parviennent encore à rejoindre l'ouest du pays, en train, l’étau se resserre un peu plus sur Severodonetsk et Lyssytchansk, villes jumelles clés du Donbass.

Les Nations unies ont fait part de leur inquiétude quant au sort des civils dans cette partie est de l’Ukraine où les combats font rage. Le porte-parole du bureau des affaires humanitaire de l’organisation, Saviano Abreu, a rappelé aux deux parties leur obligation de protéger les civils en vertu du droit humanitaire international.

Dans cette guerre du Donbass cruciale pour les deux camps, le président ukrainien Volodymyr Zelensky peut compter sur le soutien des Etats-Unis qui ont débloqué une aide en armement d’un milliard de dollars. Celle-ci comprend notamment des lanceurs de missiles antinavires, de l’artillerie et des systèmes de roquettes modernes.

De son côté, l'armée russe affirme avoir détruit un dépôt de munitions pour les armes fournies par l'OTAN, à Lviv, dans l’ouest du pays.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles