Près de 40 % des policiers souffrent de détresse mentale

·1 min de lecture
Il y a 50 % de suicides en plus dans la police que dans la population française en général  (illustration).
Il y a 50 % de suicides en plus dans la police que dans la population française en général (illustration).

Les policiers ne sont pas épargnés par les problématiques liées à la santé mentale. Nombreux sont ceux à être en détresse mentale et certains avouent même souffrir de pensées suicidaires ou avoir connaissance de celles de leurs collègues. Selon une enquête (qui a obtenu 6 248 réponses), révélée par France Info et Le Monde, menée entre février et mars par la Mutuelle des forces de sécurité, 24 % des policiers « ont eu ou entendu des collègues évoquer des pensées suicidaires », 27 % présentent une détresse mentale modérée et 12 % une détresse mentale importante. 39 % présentent donc une détresse mentale modérée à importante, un chiffre comparable au reste de la population française, selon une étude dévoilée lundi.

Selon l'étude « Empreinte humaine », menée auprès de 2 000 salariés de tous secteurs à la même période, 45 % des actifs en général seraient aujourd'hui en état de détresse psychologique, un chiffre qui « a considérablement augmenté » depuis la crise sanitaire.

44 policiers se suicident chaque année

Plus de 1 100 policiers se sont suicidés au cours des 25 dernières années, soit 44 suicides par an en moyenne, un taux de suicide supérieur de près de 50 % à celui de la population française, selon le baromètre de la Mutuelle, citant des chiffres du Cercle de recherche et d'analyse sur la protection sociale (Craps).

Le bien-être au travail des policiers est le facteur de santé « le plus structurant », selon l'étude : 40 % des personnes qui considèrent que l [...] Lire la suite