"Près de 3,5 tonnes d'armes, explosifs et matériels" découvertes dans les caches de l'ETA, selon Bernard Cazeneuve

Claire Digiacomi
Les policiers identifient les armes de l'ETA dans une cache de Saint-Pée-sur-Nivelle, dans les Pyrénées-Atlantiques, le 8 avril.

TERRORISME - Des "dizaines d'armes" et "plusieurs centaines de kilos d'explosifs". Voilà ce que les enquêteurs ont découvert samedi 8 avril à la suite de la remise, dans la matinée, d'une liste de caches d'armes par l'ETA. L'organisation séparatiste basque espagnole avait annoncé quelques jours plus tôt son "désarmement total".

Une liste de huit caches d'armes et d'explosifs, situées dans le département des Pyrénées-Atlantiques, frontalier de l'Espagne, avait été fournie dans la matinée au procureur de la République de Bayonne par l'ETA. Elles constitueraient ce qu'il reste de l'arsenal de l'organisation, qui a renoncé à la lutte armée en 2011.

"Des milliers de munitions, plusieurs centaines de détonateurs"

"Sur les sites indiqués, ont été découverts, dans des bidons et sacs, des dizaines d'armes de poing et d'épaule, des milliers de munitions, plusieurs centaines de kilogrammes d'explosifs et produits entrant dans la composition d'explosifs, plusieurs centaines de détonateurs et retardateurs", a indiqué le parquet de Paris dans un communiqué.

En tout, "près de 3,5 tonnes d'armes, explosifs et matériels" ont été "trouvées" dans les huit caches désignées par l'ETA, a indiqué Bernard Cazeneuve.

L'une de ces caches se trouvait à Saint-Pée-sur-Nivelle, dans les Pyrénées-Atlantiques, comme le montre la vidéo ci-dessous.

"L'inventaire précis (...) est en cours", a précisé le parquet, qui a ouvert le 4 avril une enquête préliminaire pour association de malfaiteurs et infractions sur les armes et sur les explosifs en bande organisée, le tout en lien avec une entreprise terroriste.

Confiée à la direction centrale de la police judiciaire et à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), les investigations visent notamment à déterminer si certaines armes ont été utilisées par le passé, selon une source proche de l'enquête. Les éléments recueillis seront "communiqués, pour y être exploités, aux autorités judiciaires espagnoles, dans le cadre des...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages