Près de 2.000 manifestations d'un sursaut radio rapide en seulement 47 jours : les astronomes s'interrogent

·2 min de lecture

Jamais un "fast radio burst" répétitif, du nom de ces souffles monstrueux d'énergie qui nous arrivent sous forme d'ondes radio, n'avait montré une activité si intense : près de deux milliers d’explosions cosmiques en l’espace de 47 jours seulement. Les astronomes espèrent en apprendre plus sur la nature de ces mystérieux signaux.

Les , en français "sursauts radio rapides", sont décidément de bien étranges phénomènes. Depuis leur toute première détection en 2007, ces émissions d’ondes radio très intenses et très brèves n’ont eu de cesse d’interroger les scientifiques. Avec une question principale en suspens : à quoi correspondent-elles ? En effet, si nous les attribuons à des explosions cosmiques, nous ignorons encore tout de leur nature et de leur origine. Toutefois, les astronomes s'accordent sur un point : ils viennent de galaxies très, très lointaines.

Il ne fait pas non plus de doute qu'un FRB est la marque d’un phénomène extrême. Il peut émettre en quelques millisecondes l’équivalent de l’énergie émise par le Soleil en 80 ans ! Deux sources hypothétiques sont aujourd’hui avancées pour expliquer ces sursauts : des cataclysmes, comme des collisions entre des objets très denses et très massifs (la fusion entre deux trous noirs, deux étoiles à neutrons, ou un trou noir et une étoile à neutrons), ou des objets qui ont une émission radio périodique, tels que des étoiles à neutrons très massives avec des champs magnétiques intenses.

FRB 121102, encore lui

L’un de ces sursauts radio en particulier surprend les astronomes. Son nom n'est pas des plus doux, mais a le mérite d'être clair : il s'agit de nommé d'après la date de sa découverte en novembre 2012. FRB 121102 a de particulier qu'il est étonnamment régulier - cyclique, plus précisément. Décrit en 2014 par l'astrophysicienne Laura Spitler à partir de données collectées deux ans plus tôt à l'observatoire d'Arecibo, ce souffle métronomique montre une période d'activité d'environ 90 jours suivie d'environ 67 jours de silence, pour un cycle total de 157 jours. Grâce à cette récurrence, les chercheurs ont pu remonter jusqu'à sa source : une galaxie naine située à 3 milliards d'années-lumière.

Uniques ou cycliques. On distingue à ce jour deux types de sursauts radio rapides : les FRB uniques, furtifs, soit un flash et puis plus rien ; et les F[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles