Pouvoir. Comment le président tunisien Kaïs Saïed s’est attiré les faveurs de l’armée

·1 min de lecture

Le 24 août, le président tunisien Kaïs Saïed a décidé de reconduire les dispositions controversées qui gèlent les activités du Parlement et lui confèrent les pleins pouvoirs. S’il bénéficie d’un fort soutien populaire, il compte aussi sur les liens qu’il a tissés avec l’armée et la police.

Le nouvel homme fort de la Tunisie, le très populaire président Kaïs Saïed, a annoncé mardi 24 août, par voie de communiqué, le maintien jusqu’à nouvel ordre de l’état d’exception, adopté un mois plus tôt. Celui-ci lui permet, dans les faits, de disposer des pleins pouvoirs et de neutraliser le Parlement, dominé majoritairement par les islamistes. Pour asseoir son autorité et légitimer son pouvoir, le chef de l’État bénéficie du soutien de l’armée, dont il est constitutionnellement le chef suprême. Pourtant, depuis la révolution de 2011, l’armée s’est toujours tenue à l’écart des conflits politiques.

À lire aussi: Crise. Tunisie : Kaïs Saïed ce président putschiste mais si populaire

Dans un article publié le 18 août, le site indépendant Nawaat raconte comment le président tunisien a cherché à rallier l’armée à sa cause, depuis son élection, en 2019. “Alors que le chef du gouvernement, démis de ses fonctions, Hichem Mechichi, croyait qu’il était immunisé grâce à une ceinture de sécurité politique au Parlement, le président Kaïs Saïed a commencé à broder une ceinture de sécurité d’un autre genre. Il a

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles