Pouvoir d’achat : le projet de loi d’urgence adopté par le Sénat

Le projet de loi d'urgence a été adopté en première lecture par le Sénat.  - Credit:Vincent Isore / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP
Le projet de loi d'urgence a été adopté en première lecture par le Sénat. - Credit:Vincent Isore / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP

Le projet de loi d'urgence a été adopté en première lecture vendredi soir par le Sénat majoritairement de droite après avoir été amendé. Le texte a été voté à main levée, grâce aux voix notamment des groupes LR, centriste et RDPI, à majorité En marche !. Il prévoit une série de mesures allant de la revalorisation des pensions à la déconjugalisation de l'allocation adulte handicapé, en passant par le triplement du plafond de la prime Macron.

À LIRE AUSSIArtus – Pourquoi une rigueur budgétaire est inévitable

Dès lundi, les sénateurs se lanceront dans le budget rectificatif (PLFR) pour 2022, l'hypothèse d'une taxe sur les « superprofits », portée notamment par les centristes, risquant de tendre les débats. Le même jour, députés et sénateurs se réuniront en commission mixte paritaire pour tenter de s'accorder sur une version commune du projet de loi sur le pouvoir d'achat, le gouvernement tablant sur une adoption définitive des deux textes au plus tard le 7 août.

« Notre sujet de préoccupation numéro un »

« Les choses ne sont pas écrites d'avance », a mis en garde Philippe Mouiller (LR), soulignant que le Sénat aura « des lignes rouges ». Le premier texte est calibré à 20,7 milliards par Bruno Le Maire, le second ouvre 44 milliards d'euros de crédits, dont 9,7 pour financer la renationalisation à 100 % d'EDF. « L'inflation reste notre sujet de préoccupation numéro un. Mais nous anticipons une baisse » en 2023, a déclaré Bruno Le Maire à l'issue du conseil des mini [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles