Pouvoir d'achat : Le Maire fustige la «folie financière» des oppositions, y compris LR

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Eric PIERMONT / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire , a dénoncé mardi la "folie financière" des propositions sur le pouvoir d'achat des oppositions à l'Assemblée nationale, en particulier celles des députés Les Républicains, les appelant à "un peu de cohérence".

"Il faut revenir à la raison"

"Je vois avec beaucoup d'inquiétudes se multiplier depuis quelques jours, quelques heures, des amendements uniquement dépensiers sur le texte pouvoir d'achat. Nous en sommes aujourd'hui à 100 milliards d'euros", a affirmé M. Le Maire dans un discours prononcé au Medef devant des patrons français et italiens.

"Cent milliards d'euros de dépenses nouvelles. Aucune économie. Cent milliards d'euros de dépenses pour l'Etat. Aucune recette en face ou des recettes dérisoires. C'est une folie financière", a fustigé le ministre. "Il faut revenir à la raison. Je le dis à tous mes amis parlementaires (...) et j'appelle toutes les oppositions à faire preuve de responsabilité, notamment ceux qui se disent partis de gouvernement", a-t-il encore affirmé, visant en particulier les parlementaires LR, que le gouvernement tente de rallier pour faire adopter son paquet de mesures sur le pouvoir d'achat.

Les mesures proposées par le gouvernement jugées insuffisantes par les oppositions

"On ne peut pas dire d'un côté qu'on veut absolument réduire la dette publique, qu'il faut réduire la dépense publique, (...) et puis de l'autre déposer des amendements le même jour pour une baisse de la CSG à 70 milliards d'euros, pour un ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles