Pouvoir d'achat: que contient le projet de loi de Macron s'il gagne les législatives?

Le président Macron a fait du pouvoir d'achat l'un des thèmes phares de sa campagne. (Photo: NICOLAS TUCAT via AFP)
Le président Macron a fait du pouvoir d'achat l'un des thèmes phares de sa campagne. (Photo: NICOLAS TUCAT via AFP)

Le président Macron a fait du pouvoir d'achat l'un des thèmes phares de sa campagne. (Photo: NICOLAS TUCAT via AFP)

ARGENT - C’est la première préoccupation des Français, et probablement le sujet du premier projet de loi de la Macronie, si elle l’emporte aux législatives de juin. Le “package pouvoir d’achat” ou “paquet pouvoir d’achat”, comme on peut le lire dans la presse hexagonale.

Alors que contiendra ce projet, censé être l’un des premiers nés de l’ère Macron 2022? Si les axes en sont clairs, les détails eux restent pour le moment en discussion, notamment lorsqu’ils sont liés au contexte du conflit en Ukraine et au nouveau gouvernement qui devrait être annoncé.

Le chèque alimentation, “pas arbitré”

Le ministère de l’Agriculture, contacté ce mardi 3 mai, confirme la mise en place du chèque alimentation, si les élections législatives sont favorables à la majorité, directement issu de la convention citoyenne pour le climat et promis par le candidat Macron, “assez rapidement cet été, sans calendrier plus précis”. Qui pourra en bénéficier? Tout dépend de l’évolution de la situation en Ukraine, précise le cabinet de Julien Denormandie.

Le cabinet du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, qui selon toute logique, devrait changer lors de la démission du gouvernement Castex dans les prochains jours, a indiqué le 17 avril dernier, que le dispositif devrait concerner “plus de 8 millions de Français”, les plus modestes. Julien Denormandie a cependant souligné lors de l’émission Dimanche En Politique sur France 3, “c’est en cours de définition”,comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous (à partir de 55′).

Interrogé sur l’agenda législatif qui permettra l’instauration du chèque alimentation, là encore le ministère botte en touche: “On ignore pour le moment le véhicule législatif qui sera nécessaire”. Mais de rassurer: “C’est une promesse du candidat Macron, ce sera une priorité”.

C’est une promesse du candidat Macron, ce sera une priorité.ministère de l'Agriculture à propos du chèque alimentation.

Autres mesures liées en partie à la situation internationale: le blocage du prix du gaz et de l’électricité qui reste ”évolutif”. Pendant le débat de l’entre-deux-tours, Emmanuel Macron s’y est engagé “aussi longtemps que la crise énergétique est là”. Cette “mesure d’urgence” doit accompagner l’augmentation du pouvoir d’achat. De même, pour l’indemnité kilométrique pour l’essence, conditionnée à l’augmentation ou non des prix du carburant.

En discussion, la remise carburants de 15 centimes mise en place le 1er avril 2022 pour une durée de 4 mois pourrait être remplacée par une autre aide financière, plutôt à destination des gros rouleurs et en fonction du revenu. Le terme de la remise initiale étant prévu pour le 31 juillet de cette année, sa remplaçante pourrait bien faire partie du “package pouvoir d’achat”.

De revalorisation en revalorisation

Emmanuel Macron mise également sur diverses revalorisations pour augmenter le pouvoir d’achat des Français. Là encore, il s’agit avant tout de promesses électorales qui pourraient être incluses dans le projet de loi: revalorisation des pensions, du RSA, et déconjugalisation de l’allocation adulte handicapé (AAH).

C’est en tout cas ce que le président Macron a indiqué pendant le débat de l’entre-deux-tours: une revalorisation “cet été, en fonction de l’inflation”. Un calendrier qui pourrait entrer dans le texte sur le pouvoir d’achat, mais le gouvernement ignore encore quel véhicule législatif sera utilisé. Et pour cause: une autre équipe sera probablement en place pour le porter.

Enfin, promesse phare de la campagne d’’Emmanuel Macron, confirmée ce 3 mai au HuffPost par Bercy : la revalorisation du point d’indice des fonctionnaires, gelé depuis 2017, terminera d’accompagner ces mesures. Le président sortant avait indiqué que ça se déroulerait ”à l’été”. Le ministère de l’Économie et des Finances l’a promis au HuffPost ce mardi: ”ça ira vite”.

Bercy a par ailleurs souligné qu’un projet de loi de finances rectificative est envisagé, avec une “forte probabilité que ce soit l’un des premiers projets présentés pour porter notamment les mesures qui concernent le pouvoir d’achat”. À une condition: obtenir une majorité aux législatives de 12 et 17 juin.

À voir également sur Le HuffPost: Accusé par la Macronie de se renier sur l’Europe, EELV répond

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles