Pouvoir d'achat : l'exécutif presse les entreprises de faire des efforts

Malhère, Manon, de Guigné, Anne
Bruno Le Maire, lors du 5e sommet de l'Economie, à Paris. / ERIC PIERMONT/AFP

VIDÉO - Pour calmer la colère des «gilets jaunes», l'exécutif presse les entreprises de faire des efforts.

Particulièrement inquiet face à la tournure que prend la violente crise des «gilets jaunes», le gouvernement en appelle aux entreprises. Jeudi matin, Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie et des Finances, a invité les principales organisations patronales (PME, banques, assurance, commerce, distribution…) à Bercy pour échanger sur des propositions visant à «améliorer concrètement le quotidien des Français». Avec, en tête de liste, une réflexion sur les «dépenses contraintes» ainsi qu'une meilleure rémunération du travail. «On sent que le gouvernement à très peur et qu'il est très inquiet», a confié l'un des représentants patronaux à l'issue de la réunion.

Le premier ministre défend ses mesures pour «mieux rémunérer le travail» - Regarder sur Figaro Live

Pour l'heure, la seule mesure concrète sur la table, qui pourrait être adoptée rapidement, est la création d'une prime exceptionnelle défiscalisée et exonérée des cotisations sociales. Cette prime serait versée par les employeurs aux salariés de façon volontaire. «Ils (les chefs d'entreprise, NDLR) y sont prêts, je souhaite donc que, le plus rapidement possible, nous puissions dans les textes législatifs inscrire le principe de cette prime», a déclaré Bruno Le Maire à l'issue de la réunion au ministère. Ce dernier espère ainsi «que le plus grand nombre d'entreprises puissent verser cette prime au plus grand nombre de salariés possible en reconnaissance de leur travail».

L'idée avait été lancée mardi par Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France et ancien membre du parti Les Républicains, lors d'une interview sur BFMTV. Elle n'est toutefois pas nouvelle. Il y a quelques mois déjà, cette mesure avait été demandée à l'exécutif par certaines organisations patronales, comme la CPME et l'U2P, lors des débats sur la loi pacte. Une (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Comment fonctionnerait la prime exceptionnelle pour les salariés? 
«Gilets jaunes»: le patronat satisfait, les syndicats méfiants 
Les«gilets jaunes» entraînent des pertes de chiffre d'affaires de 15% à 25% 
Face aux «gilets jaunes», la profonde inquiétude des entreprises 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro