"Est-ce que vous pouvez vous calmer?": la sortie de Le Foll face à Rousseau très commentée sur les réseaux sociaux

Stéphane Le Foll au Mans, le 25 mars 2019 (ILLUSTRATION). - JEAN-FRANCOIS MONIER              © 2019 AFP
Stéphane Le Foll au Mans, le 25 mars 2019 (ILLUSTRATION). - JEAN-FRANCOIS MONIER © 2019 AFP

Une petite phrase qui ne passe pas. Pendant un débat organisé sur France 2 à l'occasion de la soirée de premier tour des législatives dimanche soir, le maire PS du Mans Stéphane Le Foll a demandé à la candidate de la Nupes Sandrine Rousseau de "(se) calmer". Cette sortie, loin d'être passée inaperçue, a été largement commentée sur les réseaux sociaux, et qualifiée de sexiste par nombre d'internautes, alors que Sandrine Rousseau est elle-même connue pour ses positions féministes.

Dimanche soir, alors que l'ancien ministre de l'Agriculture de François Hollande et l'ex-candidate à la primaire écologiste échangaient avec véhémence sur leur conception de la gauche lors d'un débat consacré aux législatives, le ton est monté.

"Si vous voulez véritablement qu'on prenne le virage de la transition énergétique, venez! Sinon, assumez le fait d'être libéral vous aussi! Vraiment, on n'a pas de temps à perdre avec ça aujourd'hui", a tonné l'écologiste.

"Ne faites pas des procès comme ça, Mme Rousseau. Vous avez l'habitude de faire ça. Si vous dites que je suis libéral, je vais vous dire que vous êtes d'extrême gauche et on va faire avancer le débat?", la coupe plusieurs fois Stéphane Le Foll.

Le Foll recadré sur le plateau

"Est-ce que vous pouvez vous calmer?", a ensuite lancé le maire du Mans, l'air visiblement agacé.

Mais la remontrance ne passe pas sur le plateau. Le maire est rapidement recadré par la journaliste Anne-Sophie Lapix. "Vous ne dites pas 'vous pouvez vous calmer', on est respectueux sur ce plateau", a rappelé la présentatrice.

"Je laisse les spectateurs et les spectatrices apprécier la justesse de cette remarque", a ensuite glissé Sandrine Rousseau, avant de reprendre le fil de ses propos.

"Vieux macho"

Qualifié tour à tour de "tocard misogyne", de "vieux macho" ou encore de "paternaliste", le socialiste en prend pour son grade sur les réseaux sociaux. "À toi de te calmer Stéphane Le Foll", lance un internaute, quand d'autres le comparent à Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur qui avait lui aussi demandé à la journaliste de BFMTV Apolline de Malherbe de "(se) calmer" lors d'une interview, en lui assurant que "ça (allait) bien se passer".

"Stéphane Le Foll, Darmanin, même combat", s'agace un twittos. "Toujours aussi classe, Stéphane le Foll vient de faire une Gérald Darmanin", estime un autre.

Nombre d'internautes ont également envoyé des messages de soutien en direction de la candidate de la Nupes à Paris, jugeant qu'elle devrait recevoir des "excuses" de la part du ministre.

Pour de nombreux twittos, la prise de parole de Stéphane Le Foll illustre la difficulté pour les femmes à être écoutée et prise au sérieux quelles que soient les responsabilités qu'elles portent. "Ça pose vraiment un problème quand une femme souhaite prendre la parole et s’imposer dans un débat", résume l'un d'entre eux.

Le Foll assume

D'autres, moins nombreux, préfèrent prendre la défense de l'ancien ministre. "Si c'était elle qui avait dit ça, personne n'aurait rien dit", assure un internaute.

C'est aussi le cas de Cédric Ardouin, coordonnateur départemental des jeunes socialistes. "Stéphane a déjà dit à des hommes la même phrase. Assez triste d'accuser des camarades de sexisme quand ce n'est pas le cas", estime-t-il.

Voyant les nombreuses réactions que suscite sa sortie, l'ancien ministre a décidé de se défendre et a dénoncé une "agressivité" du côté de la Nupes.

"Quand on veut gouverner il faut savoir garder ses nerfs", assume-t-il.

Le maire du Mans s'était opposé à l'accord entre La France insoumise, le Parti socialiste, Europe Écologie - Les Verts et le Parti communiste pour les législatives.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles