Poutine souhaite autant que Biden renforcer le dialogue, selon Moscou

Source AFP
·1 min de lecture
Joe Biden a appelé à la « désescalade », proposant un nouveau sommet à Vladimir Poutine.
Joe Biden a appelé à la « désescalade », proposant un nouveau sommet à Vladimir Poutine.

La situation serait-elle en train de s'apaiser ? Après avoir annoncé une série de sanctions contre la Russie, et décidé d'expulser dix diplomates russes, Joe Biden a appelé à la « désescalade » et a renouvelé sa proposition de sommet à Vladimir Poutine. Le Kremlin, qui n'a pas manqué de fustiger les sanctions américaines, a estimé que ce souhait de renforcer le dialogue, aussi bien de la part du président américain que de celle de Vladimir Poutine, était « positif ».

« Le président Poutine a (le premier) parlé de la nécessité de normaliser les relations et d'une désescalade. Il en parle de manière consistante », a dit le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov. « C'est donc positif que les points de vue des deux chefs d'État coïncident », a-t-il ajouté.

Les sanctions américaines jugées « inacceptables »

Le Kremlin a aussi, sans surprise, dénoncé les sanctions américaines « inacceptables » annoncées la veille. L'administration du président des États-Unis a rendu publique vendredi une vague de sanctions visant la Russie en riposte à une série d'actes imputés à Moscou, dont une cyberattaque géante et des ingérences dans les élections américaines de novembre.

À LIRE AUSSILa diplomatie à double face de Joe Biden

Depuis son arrivée au pouvoir, Joe Biden promettait d'être nettement plus ferme que son prédécesseur Donald Trump, accusé de complaisance à l'égard du maître du Kremlin. Il est allé jusqu'à qualifier Vladimir Poutine de « tueur ». Mais il a aussi [...] Lire la suite