Poutine reçoit Al-Assad avant des pourparlers cruciaux

Quatre heures. Ce fût la durée totale de la visite éclair de Bachar Al-Assad à Sotchi lundi soir. Il du premier déplacement officiel à l‘étranger du dirigeant syrien depuis octobre 2015 et un voyage… En Russie.

L’occasion pour Vladimir Poutine de replacer son homologue syrien au centre des scénarios de sortie de crise à l’approche d’un nouveau round de négociations sous l‘égide de l’ONU à Genève (28 novembre) et d’un sommet à Sotchi entre la Turquie, la Russie et l’Iran, parrains du processus d’Astana (mercredi).

Le chef d’État russe a appelé à “favoriser le processus politique“ en Syrie, considérant que “la guerre contre les terroristes touche à sa fin“. L’entretien a été gardé secret jusqu‘à lundi matin.

“Vous avez mentionné le processus d’Astana, qui me tient aussi beaucoup à cœur. Grâce à ces négociations, nous avons pu créer des zones de désescalade, qui nous ont à leur tour permis d’entamer un premier dialogue, concret et profond avec l’opposition“, a déclaré le président russe en plongeant ses yeux dans ceux de son interlocuteur.

Bachar Al-Assad a remercié la Russie pour “la défense de l’intégrité territoriale et de l’indépendance“ de la Syrie.

“Nous sommes prêts à dialoguer avec tous les pays qui souhaitent mettre fin au bain de sang en Syrie, en soutenant le processus politique, tant qu’ils respectent la souveraineté de la Syrie et les décisions du peuple syrien“ a assuré Bachar Al-Assad.

Le dirigeant arabe a offert à son hôte un tableau d’un artiste syrien qui est selon lui récemment revenu vivre en Syrie après une période d’exil en France. Ce cadeau est un moindre mal en échange de ces images, qui le replacent dans le jeu des négociations.

Vladimir Poutine a promis de s’entretenir dans les prochains jours avec les dirigeants américain et saoudien au sujet de la Syrie.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages