De la poussière de Lune ramenée sur Terre contiendrait de l'eau issue de vent solaire

La Lune n’a pas fini de livrer tous ses secrets. Quelques mois après le lancement de la mission Artemis, qui a pour objectif de renvoyer des hommes à la surface de la lune en 2025, les échantillons lunaires ramenés par la mission spatiale chinoise Chang’e 5 nous révèlent de nouveaux secrets sur notre satellite. Notamment de la poussière lunaire, qui contiendrait de l’eau ayant pour origine des ventes solaires, explique la revue Science et Vie qui se base sur les recherches publiées dans la revue scientifique PNAS.

Au total, 1731 grammes de régolithe lunaire ont été ramenés par la mission le 16 décembre 2020. La régolithe - couche de poussière recouvrant la lune - s’est créée pendant des millénaires à travers les milliers d’impacts de météorites qui ont bombardé la lune. “Le prélèvement de ces échantillons a eu lieu au nord-ouest de l’Océan des Tempêtes (Oceanus Procellarum). C’est l’une des plus grandes mers lunaires (2 millions de kilomètres carrés) situées sur la face visible de la lune”, explique Science et Vie.

Pour mener à bien leurs recherches, les scientifiques ont utilisé la spectroscopie Raman et la spectroscopie à rayons X à dispersion d’énergie pour étudier la composition chimique de la couche externe de 17 particules de poussière choisies. Cette couche étant “la plus exposée au rude climat spatial lunaire et la plus soumise au bombardement du vent solaire”. Les résultats de leurs recherches ont révélé une forte concentration d’hydrogène et “des rapports deutérium/hydrogène (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Eau, énergies, climat : quand la nature inspire les chercheurs
ChatGPT : la nouvelle arme des cybercriminels ?
À quoi ressemble la vie du Soleil ? Une incroyable vidéo de la NASA nous le montre !
Comment changer la langue sur Word ?
À quel point notre ADN agit-il sur notre comportement ?