Poursuite de l'opération «ville propre» au Sénégal: quand le bénévolat ne suffit pas, il faut des investissements

Au Sénégal, ce samedi était marqué par l'opération « Setal Sunu Rew », lancée par les nouvelles autorités pour inciter tous les Sénégalais à nettoyer les lieux publics le premier samedi de chaque mois. En 2020, l'ex-président Macky Sall avait initié cette sensibilisation à la propreté des lieux publics avec les « cleaning days ». RFI s'est rendu au marché central de poisson de Pikine, dans la banlieue de Dakar.

avec notre envoyé spécial à Pikine, Gwendal Lavina

A deux pas des hangars où se négocient les poissons, une quarantaine de bénévoles et d’employés du marché attendent des consignes.

Chasuble orange sur le dos, Moussa participe une nouvelle fois à l’opération. Selon lui le marché est propre, mais il est possible de faire mieux : « Quand vous allez au Gabon ou ailleurs, les rues sont tellement propres... Car ce sont les citoyens eux-mêmes qui prennent soin de leur pays, qui le nettoient. Si chacun ici faisait pareil, notre Sénégal serait un pays moderne et propre ! Même notre marché serait moderne. »

La responsabilité individuelle est aussi mise en avant par la ministre des Pêches du Sénégal, Fatou Diouf, qui s'est rendue sur place. « Dans tous les marchés centraux du Sénégal qui dépendent de notre ministère, l’instruction a été donnée pour organiser cette journée. C’est pourquoi nous demandons à tout le monde, à tous les acteurs quels qu’ils soient à s’engager, à rendre leur lieu de travail, leur environnement, plus propre. »

Un hivernage souvent synonyme d’inondations du marché qui ne seront pas réglées avec un petit coup de râteau, s’agacent les mareyeurs qui réclament des investissements massifs.


Lire la suite sur RFI