"Il m'a pourrie" : Eric Dupond-Moretti forcé de collaborer avec une contradictrice

·1 min de lecture

Ce mardi 2 mars, le journal Libération consacrait son célèbre portrait de sa dernière page à Muriel Salmona. La psychiatre y a révélé une anecdote surprenante sur le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti. Alors que la parole des victimes de violences sexuelles se libère de plus en plus, le compagnon d'Isabelle Boulay a été missionné par Emmanuel Macron pour renforcer la loi sur les violences sexuelles. Muriel Salmona savoure une revanche puisqu'il y a quelques années, les deux se sont affrontés dans les tribunaux.

Muriel Salmona a toujours alerté l'opinion sur la perte de mémoire des victimes, d'une possible amnésie traumatique. Seulement, en 2018, lors du procès de Georges Tron, accusé d'agressions sexuelles par d'anciennes employées de sa commune, et dont Eric Dupond-Moretti était l'avocat, les esprits se sont échauffés. "En 2018, lors du procès de Georges Tron, dans lequel une de mes patientes était auditionnée," rappelle Muriel Salmona. Et de se souvenir : "Il m'a pourrie en disant que je n'avais aucune éthique, que j'étais militante féministe." La psychiatre assume : "On ne peut pas s'occuper des violences sans l'être, militante et féministe."

La parole des victimes s'est libérée. Entre la sortie du livre de Camille Kouchner dans lequel elle accuse Olivier Duhamel d'avoir agressé sexuellement son beau-fils Victor, et la plainte de Coline Berry contre son père l'acteur Richard Berry, les choses sont en train de bouger. Si les deux hommes sont présumés innocents, le gouvernement (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Brigitte Macron : ce sacré coup de main d'une influenceuse
« Le titre sans les devoirs » : Meghan Markle sous le feu des critiques avant la diffusion de son interview choc
PHOTOS - Tom Cruise l'amoureux : de Rebecca de Mornay à Katie Holmes
Louise Bourgoin encore troublée par une tentative de drague de Valéry Giscard d’Estaing
Nicolas Sarkozy affirme qu’il avait "une bonne raison" de se faire vacciner