Ce qui pourrait remplacer l’ENA

1 / 2

Ce qui pourrait remplacer l’ENA

Une nouvelle structure, qui intégrerait plusieurs écoles dont l'ENA, pourrait voir le jour. L'entrée et la sortie de l'école seraient profondément revues.

L’annonce devait avoir lieu lundi soir lors de l'allocution d’Emmanuel Macron, annulée à la dernière minute en raison de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame. Parmi les mesures prévues pour répondre aux préoccupations soulevées depuis plusieurs mois par les gilets jaunes – et remises en lumière lors du grand débat national – le chef de l’Etat devait annoncer la suppression de l’ENA.

Cible récurrente de critiques, l’Ecole Nationale d'Administration est accusée de ne pas être assez ouverte aux classes populaires, de favoriser un entre-soi élitiste ou de former des fonctionnaires coupés des réalités.

Une école des services publics

Cependant, l’ENA pourrait ne pas être la seule à vivre une réforme radicale, selon les pistes envisagées. Dans son discours enregistré à l’Elysée lundi, Emmanuel Macron se disait prêt à supprimer "plusieurs autres structures". Ce qui fait dire à un député de la majorité, cité par Les Echos, que "plusieurs écoles", dont l'Ecole nationale de la magistrature et quelques écoles d'ingénieurs, pourraient disparaître pour inventer une nouvelle structure. 

"On peut fusionner d’autres écoles de recrutement de la fonction publique notamment les écoles de collectivité territoriale. (...) Et à partir de là, faire monter les meilleurs vers la haute fonction publique", avance Christophe Barbier, notre éditorialiste politique.

Réforme à...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi