Pourquoi Wejdene s'est attirée les foudres des associations de défense des animaux

Nawal Bonnefoy
·2 min de lecture
Wejdene dans le clip
Wejdene dans le clip

Le dernier clip de Wejdene, 16, rencontre un vrai succès depuis sa mise en ligne dimanche, cumulant plus d'1,4 millions de vues en l'espace de 24 heures. Il s'est toutefois attiré les foudres des défenseurs de la cause animale: la chanteuse y apparaît aux côtés d'un ours noir dressé - vêtue de ce qui semble être un manteau en vraie fourrure.

https://www.youtube.com/embed/tBWtJOaEpzc?rel=0

L'association PETA France a réagit ce lundi, indiquant sur Twitter avoir contacté l'artiste "pour l'informer sur la souffrance des animaux captifs". "Nous espérons qu’entre elle et l’exploitation des animaux en captivité, c’est terminé, c’est fini!", a ajouté l'organisation, qui a partagé un extrait de la vidéo.

"Les animaux sauvages utilisés dans l’industrie du spectacle subissent de terribles maltraitances physiques et psychologiques. Ils souffrent lorsqu’ils sont arrachés à leur mère à un jeune âge, confinés et dressé par la menace, la privation et les coups", a rapellé PETA France dans un second tweet.

Sur son site, l'organisation a publié une lettre ouverte à l'attention de Wejdene. Y est rappelé que "le territoire de chasse d’un ours noir libre peut s’étendre sur plus de 100
km². En captivité, ces êtres sensibles et intelligents passent leur existence tout entière à faire les cent pas dans des enclos minuscules et sont souvent victimes de douloureuses mutilations".

PETA France demande à la chanteuse de s'engager "à ne plus promouvoir la captivité des animaux sauvages" dans ses clips et sur les réseaux sociaux.

Banalisation de la maltraitance animale

La Fondation Assistance Aux Animaux (FAA) a elle aussi interpellé l'interprète d'Anissa sur les réseaux sociaux. "Bonjour Wejdene, pourquoi avoir choisi un ours captif et dressé dans votre dernier clip?", a demandé l'association.

"Les générations futures sont sensibles à la cause animale et votre public en fait partie. Et c'est avec des images comme celles-ci que la maltraitance animale est banalisée", a regretté la FAA dans un tweet.

"L'exploitation animale dans votre clip, était-ce vraiment nécessaire? En ces temps difficiles et de confinement, vous devriez d’autant plus prendre conscience de la souffrance de toute une vie en captivité", a écrit de son côté le collectif La Ligue des Animaux.

Wejdene n'a pour l'heure pas répondu publiquement à ces interpellations.

Article original publié sur BFMTV.com