Pourquoi le week-end commence-t-il le vendredi midi à New York tout l’été ?

Photo Tumisu / Pixabay / CC

Un petit groupe de travailleurs quitte le bureau à l’heure du déjeuner tous les vendredis de juin à août. Ils profitent du “Summer Friday”, une tradition new-yorkaise qui existe, selon le site de la BBC, depuis les années 1960. Ils filent en week-end dans les Hamptons, très chic région balnéaire à l’est de Long Island. Mais ce n’est que plus tard, en 1988, note le site britannique que “la première mention du ‘Summer Friday’ apparaît dans le New York Times. Le quotidien remarquait alors que cet avantage était bien perçu par les directions, car il était limité dans le temps, contrairement à des augmentations ou des avantages comme une meilleure couverture santé. Il s’agit d’une façon pour les entreprises d’accorder une faveur à leurs salariés qui les arrangent puisque l’activité ralentit souvent l’été et de s’assurer leur fidélité à peu de frais.

Cette tradition ne vaut cependant pas partout, ni pour tout le monde. Très associée à New York, elle s’est étendue dans d’autres villes, mais reste limitée à certains secteurs comme la finance, la technologie et les médias. Selon la BBC, “environ 10 % des entreprises américaines ont offert cet avantage en 2015. En 2017, 42 % des entreprises américaines du Fortune 1 000 interrogées par le cabinet d’études CEB (aujourd’hui Gartner) bénéficient du ‘Summer Friday’”, mais seuls les cols blancs, les travailleurs du savoir sont concernés. Un privilège pour privilégiés en somme.

Certains secteurs, comme la santé, l’hôtellerie, le commerce électronique ou encore la mode, ne connaissent pas de baisse de régime l’été, bien au contraire. Pas question alors de cesser le travail le vendredi à midi. Par ailleurs, certains travailleurs comme les pigistes ou les free-lances non seulement ne bénéficient pas du “Summer Friday”, mais ils peuvent en outre en souffrir, car leurs patrons, qui, eux, partent en week-end anticipé, leur confient moins de missions de facto.

Pour autant, cette tradition est à nouveau dans l’air du temps puisque la pandémie a poussé le monde de l’entreprise à profondément repenser la question des rythmes (et des lieux) de travail. Prendre le vendredi après-midi pour soi augure peut-être de la semaine de travail de quatre jours, se prend à rêver la BBC.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles