Pourquoi la vitamine A et l'hiver sont des alliés pour perdre du poids ?

·1 min de lecture

La bonne graisse, c'est celle qui "brûle" pour produire de la chaleur, c'est celle que l'on peut éliminer et qui nous est utile pour se réchauffer. L'autre, c'est celle que l'on stocke et qui nous encombre. Dans étude publiée sur Science Direct, des chercheurs révèlent que le taux de vitamine A, couplé avec l'action du froid extérieur pouvaient permettre au corps de convertir les mauvaises graisses (blanches) en bonnes graisses (brunes).

Le corps a froid et fait grimper la vitamine A

Concrètement, quand le corps a froid, il fait grimper son taux de vitamine A, qui peut aussi être boosté avec une alimentation riche en celle-ci. A savoir en consommant des carottes, de la patate douce, de la courge d'hiver cuite, du hareng, du melon, du poivron rouge cru ou cuit par exemple. En augmentant ce taux, le corps fait aussi croître la protéine qui permet de transporter la vitamine dans le sang.

C'est cette protéine de liaison au rétinol qui permettrait d'irriguer tout le corps en vitamine A et de voir, au contact du froid, la graisses blanches brunir. C'est du moins ce que les chercheurs ont constaté sur les souris étudiées. A ce moment-là, la graisse blanche est "consommée" par le corps pour se réchauffer, et en partie éliminée. Via cette découverte, les scientifiques espèrent pourvoir reproduire le même mécanisme, et s'en servir comme piste thérapeutique pour lutter contre l'obésité.

Lire aussi :

  • Et si on changeait la façon de prendre en charge l'obésité

Lire la suite sur Topsante.com

Un fœtus exposé à la Dépakine a 5 fois plus de risques d’avoir des troubles du développement
Appli Tous Anti-Covid : comment la télécharger ? quelles fonctionnalités ?
DIRECT. Covid-19 en France ce vendredi 23 octobre : cas, courbes, chiffres
Comment surmonter le passage à l'heure d'hiver ?
Covid-19 : près de 63% des lits de réanimation occupés en Ile-de-France