Pourquoi la ville la plus peuplée d’Afrique pourrait bientôt devenir inhabitable

·1 min de lecture

Au Nigéria, la ville de Lagos est confrontée à des inondations sans précédent, victime de l’érosion et du changement climatique.

Ce sont des images habituelles. De mars à novembre, la ville côtière de Lagos, au Nigéria, est le théâtre de nombreuses inondations durant la saison des pluies. Toutefois, en juillet, la capitale économique et financière du pays a vécu l’une de ses pires inondations. "C’était dramatique et très inhabituel", explique ainsi à CNN un habitant de la mégalopole qui compte 24 millions d’habitants. Un événement particulièrement inquiétant pour la ville la plus peuplée du continent africain tout bonnement menacée de disparaître.

Car d’ici la fin du 21e siècle, selon plusieurs projections scientifiques, Lagos pourrait devenir inhabitable. La faute à la montée du niveau des océans et au changement climatique. Un problème exacerbé par "des systèmes d’évacuation inadaptés et mal entretenus, ainsi qu’à une croissance urbaine incontrôlée", détaille une étude de l’Institute of Developpement Studies, basé en Grande-Bretagne. L’agence hydrologique du Nigéria a même prédit d’autres inondations catastrophiques en septembre, qui constitue traditionnellement le pic de la saison des pluies.

La ville de Lagos est victime de son architecture. Située seulement deux mètres au-dessus du niveau de la mer, elle est construite au bord de l’océan Atlantique, mais également sur plusieurs îles. La mégalopole doit ainsi lutter contre l’érosion, notamment causée par l’exploitation du sable, de sa côte qui la rend d’autant plus vulnérable aux inondations. "La berge de l’île Victoria est déjà en train de disparaître", (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Appel à la vaccination obligatoire, changement des règles pour entrer en Allemagne... Le flash éco du jour
La Chine teste en masse en raison de nouvelles contaminations au Covid-19
Angleterre : la nouvelle stratégie du gouvernement pour inciter les jeunes à se faire vacciner
Toulouse : la guéguerre entre voisins dérape
Tourisme : la France mise sur un léger retour de la clientèle étrangère

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles