Pourquoi utiliser votre smartphone aux toilettes est une mauvaise idée

Par LePoint.fr

Utiliser son téléphone aux toilettes peut faire plus de mal que de bien. Image d'illustration.

Outre les questions d'hygiène, cette pratique répandue pourrait favoriser l'apparition d'hémorroïdes, selon le journal britannique « The Sun ».


En marge de notre addiction grandissante au smartphone, la liste des dommages collatéraux s'allonge. L'Express rapporte une étude relayée cette semaine dans la presse britannique selon laquelle l'utilisation du téléphone aux toilettes pourrait représenter un vrai danger pour la santé.

Lire aussi Une violoniste stoppe un concert à cause du smartphone d'une spectatrice

L'étude révélée par The Sun ne pointe pas du doigt le smartphone à proprement parler, mais bien le fait de l'utiliser dans cette situation précise. Cette pratique admise par 57 % des Britanniques conduit l'utilisateur à rester plus longtemps assis, ce qui favoriserait l'apparition d'hémorroïdes entraînée par l'augmentation de la pression des veines de l'anus sur le rectum inférieur. Si l'alerte lancée par les médecins britanniques concerne a priori toute distraction, aussi bien la lecture d'un journal qu'un jeu sur smartphone ou un réseau social, le phénomène a explosé avec l'arrivée des téléphones récents. « La constipation et se retenir d'aller aux toilettes est un risque majeur de contracter des hémorroïdes », explique la docteure Sarah Jarvis, citée par L'Express.

Attention aux germes

À cela s'ajoute, de manière plus évidente, un véritable problème d'hygiène et de germes vis-à-vis d'un objet que l'on manipule à longueur de journée. Lisa Acherley, docteure spécialisée dans l'hygiène, précise dans The Sun : « Dans les cabinets, il y aura les germes d'autres personnes sur la cuvette, la brosse pour nettoyer ou le bouton de la chasse d'eau, et sur la poignée de la porte des toilettes. Ces germes peuvent contenir n'importe quoi, d'un norovirus à la salmonelle. Vous ne voulez pas ces bactéries sur votre téléphone. » Elle préconise ainsi, en cas de (...) Lire la suite sur LePoint.fr

Phébé - Pourquoi les « likes » sont le nouveau nerf de la guerre
Incendie à Rouen : Lubrizol va contribuer à un « fonds d'indemnisation »
Sida, paludisme, tuberculose : le Fonds mondial en quête de 14 milliards de dollars
Recevez la newsletter Le Point.fr