Pourquoi ce tweet de Darmanin fait tiquer le maire de Vichy

Dans un tweet de commémoration pour les 80 ans de la Rafle du Vel d'Hiv, Gérald Darmanin a évoqué la
Dans un tweet de commémoration pour les 80 ans de la Rafle du Vel d'Hiv, Gérald Darmanin a évoqué la

Dans un tweet de commémoration pour les 80 ans de la Rafle du Vel d'Hiv, Gérald Darmanin a évoqué la "police de Vichy". Au grand dam de l'actuel maire divers-droite de la ville. (photo d'illustration du ministre de l'Intérieur le 4 juillet 2022)  (Photo: Benoit Tessier via Reuters)

POLITIQUE - “Reconnaitre, ce n’est pas se repentir”. Le maire de Vichy n’a guère apprécié le message du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin qui, en commémorant la rafle du Vélodrome d’Hiver et les “plus de 13.000 juifs interpellés puis déportés” a évoqué la responsabilité de la “police de Vichy”.

De fait, c’est particulièrement l’expression “police de Vichy” qui est visée par Frédéric Aguilera, actuel maire divers droit de la ville. “L’usage de l’expression ‘Vichy’ n’est qu’un moyen de refuser le processus de reconnaissance de la responsabilité de l’Eat français dans la collaboration”, répond l’élu au ministre ce lundi, exhumant par la même occasion un tweet de 2012 de Gérald Darmanin où il affirmait que “La France n’est pas responsable du Vel d’Hiv, car la France était à Londres”.

À l’inverse, Frédéric Aguilera a salué sur Twitter le “discours parfait” de la Première ministre Élisabeth Borne qui n’a pas mentionné la ville de Vichy mais “la responsabilité de l’État français”.

Cette sortie du maire divers-droite s’inscrit dans une lutte acharnée pour réhabiliter sa ville, comme le montre notre reportage ci-dessous, réalisé en mars 2021. Au HuffPost, Frédéric Aguilera avait confié son souhait de voir disparaitre l’expression “régime de Vichy”, qui selon lui “stigmatise” la ville et ses habitants. “Trop souvent, quand on entend la petite musique de nos dirigeants, (...) quand on entend ‘gouvernement de Vichy’ ou ‘régime de Vichy’ pour parler de cette période, il y a un coté ‘c’était Vichy donc ce n’était pas la France’”, déplorait-il à notre micro.

Le maire proche de la droite a reçu le soutien du député et premier secrétaire du PS Olivier Faure. “Je vois aussi que Gérald Darmanin cherche à expliquer que c’est la police de Vichy, sous-entendu pas la police française, qui était à l’œuvre lors de la rafle du Vél d’Hiv. Il revient sur ce que Jacques Chirac lui-même avait admis et qui était une grande avancée dans notre devoir de mémoire”, a taclé ce lundi le socialiste sur Europe1.

En 1995, Jacques Chirac avait marqué les esprits en reconnaissant, le premier, la pleine responsabilité de la France dans la Rafle du Vél d’Hiv, à laquelle aucun soldat allemand n’a participé. “Ces heures noires souillent à jamais notre histoire. La France ce jour-là accomplissait l’irréparable”, avait-il déclaré, suivi ensuite par ses successeurs.

Emmanuel Macron s’est inscrit sur la même ligne lors de son discours dimanche, évoquant les atrocités de “la France de Vichy”. “C’est le devoir de la France, pour être fidèle à elle-même, de le reconnaître”, a déclaré le chef de l’Etat, depuis la gare de Pithiviers (Loiret), second lieu de déportation en France.

À voir également sur Le HuffPost: Rafle du Vél d’Hiv : Macron et Borne appellent à “redoubler de vigilance” face à l’antisémitisme

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles