Pourquoi les assassins désignés de Kabila père ont-ils été graciés ?

Par Le Point Afrique (avec AFP)
·1 min de lecture
Le colonel Eddy Kapend, au centre, était officier supérieur et l'assistant de l'ex-président assassiné Laurent-Désiré Kabila. Après vingt ans de prison, il a reçu une grâce du président Félix Tshisekedi. 
Le colonel Eddy Kapend, au centre, était officier supérieur et l'assistant de l'ex-président assassiné Laurent-Désiré Kabila. Après vingt ans de prison, il a reçu une grâce du président Félix Tshisekedi.

Condamnés à mort en janvier 2003 (la peine a été commuée depuis en réclusion à perpétuité) à l'issue d'un procès à huis clos devant un tribunal militaire, les détenus de la prison de Makala jugés coupables de l'assassinat, en 2001, du président Laurent-Désiré Kabila étaient jusque-là une épine dans le pied de Félix Tshisekedi. Après que le chef de l'État a mis fin, le 6 décembre, à la coalition qu'il formait avec le camp de son prédécesseur et fils du défunt président, Joseph Kabila, il a tranché et leur a accordé une grâce présidentielle le 31 décembre. Il faut savoir que ces hommes, qui ont toujours clamé leur innocence, étaient considérés comme des prisonniers politiques par plusieurs ONG, dont la Fondation Bill-Clinton.

« Il se trouve qu'Eddy Kapend et certains de ses coaccusés bénéficient de la grâce présidentielle du 31 décembre 2020 qui est une mesure d'une portée générale avec un caractère impersonnel », a déclaré à l'AFP Giscard Kusema, directeur adjoint de la presse présidentielle. « Le processus a commencé le 30 juin 2020. Le président de la République a décidé de commuer la condamnation à mort en prison à vie », a-t-il expliqué. « Le 31 décembre 2020, le chef de l'État a commué la prison à vie à vingt ans de prison. Or, l'ordonnance présidentielle précise que les personnes condamnées à vingt ans de prison et ayant purgé leur peine au 31 décembre 2020 doivent être libérées », a-t-il ajouté. « Eddy Kapend et certains de son groupe sont donc concer [...] Lire la suite