Pourquoi les tiques prolifèrent-elles en Europe ?

The Conversation
The Conversation

 

Depuis plus de cinquante ans, on constate une augmentation des populations de tiques en Europe, qui s’accompagne d’une propagation plus importante des maladies qu’elles véhiculent.

Changement climatique, activités humaines, modifications des écosystèmes… Plusieurs facteurs ont été avancés pour expliquer les raisons de cette situation. Plus précisément, quelles en sont les causes et quel est le rôle de l’être humain dans ce phénomène ?

Des tiques essentiellement forestières

En Europe, les tiques les plus concernées par cette augmentation de population sont Ixodes ricinus et, à un degré moindre, la tique Dermacentor reticulatus.

Ixodes ricinus est la tique la plus abondante de l’hémisphère nord. Elle se nourrit exclusivement de sang sur des hôtes très variés : petits et grands mammifères, oiseaux et même des reptiles… Plus de 300 espèces animales sont susceptibles d’être piquées ! L’être humain, en revanche, est un hôte accidentel. Après l’éclosion, le développement de cette tique suit plusieurs étapes (appelées « stases ») : larve, nymphe, puis adulte. Les nymphes de petite taille sont particulièrement impliquées dans transmission de bactéries (comme celle responsable de la maladie de Lyme), virus, voire de parasites à l’être humain.

Ixodes ricinus a besoin d’une forte hygrométrie et d’une température d’au moins 5 °C pour être active. Elle se développe dans la végétation, principalement dans les forêts (même si sa présence en ville est de plus en plus signalée, souvent dans des espaces fortement végétalisés). Elle vit dans l’humus et les litières de feuilles, passant son temps à monter sur les herbes pour chasser à l’affût puis à redescendre au sol pour se réhydrater. En hiver, elle entre en diapause, cessant toute activité.

Photos de tiques femelles Ixodes ricinus et Dermacentor reticulatus.
Photos de tiques femelles Ixodes ricinus et Dermacentor reticulatus.

La tique Ixodes ricinus est la plus fréquente dans notre environnement (femelle : couleur orangée-écusson noir) mais Dermacentor reticulatus est également répandue (femelle : écusson marbré). © Nathalie Boulanger, DR, Fourni par l'auteur

Cette...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles