Pourquoi et comment les talibans pakistanais font-ils à nouveau surface ?

Photo AFP

Des milliers de manifestants sont descendus dans les rues de la vallée de Swat, au début du mois d’octobre, pour dire leur ras-le-bol. Les habitants de cette région montagneuse protestaient contre la multiplication des attaques de milices ces derniers mois. Quelques jours plus tôt, un car scolaire avait été pris pour cible, le chauffeur avait été tué et deux enfants blessés, rappelle Dawn dans son enquête.

Ce n’est pas la première fois que les habitants de cette région tirent la sonnette d’alarme. Depuis des mois, ils tentent d’alerter sur la résurgence des talibans du Tehrik-e-Taliban Pakistan (TTP), un groupe armé interdit.

Douloureux souvenirs

Les talibans pakistanais sont distincts des talibans afghans mais ils partagent une idéologie commune et entretiennent des liens. S’ils avaient disparu de la région après 2014 et d’intenses opérations de l’armée, ils ont été galvanisés par l’arrivée au pouvoir des talibans à Kaboul en août 2021.

“Les souvenirs de la période précédant l’opération militaire – lorsque les écoles avaient été forcées de fermer, les hommes et les femmes fouettés et les corps jetés sur les places principales […] – sont encore frais dans l’esprit des résidents, qui veulent à tout prix éviter que cela ne se reproduise”, écrit le quotidien pakistanais anglophone.

Fragile processus de paix

Comment les talibans pakistanais sont-ils revenus dans la vallée de Swat ? “Personne ne peut le dire avec certitude”, regrette Dawn. Le retour des membres du TTP, qui avaient trouvé refuge en Afghanistan, est l’un des points de discussion entre ces derniers et le gouvernement pakistanais. Ces négociations se déroulent à Kaboul, en Afghanistan, mais pour le moment aucun accord n’a été trouvé.

“Certains membres du TTP auraient pu être autorisés à revenir comme un geste de bonne volonté et une mesure de renforcement de la confiance pour faire avancer le fragile processus de paix.” Mais désormais certains officiels pensent que les hommes du TTP sont rentrés les armes à la main.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :