Pourquoi le tableau le plus cher du monde n’a-t-il jamais été exposé ?

·1 min de lecture

Mais où se trouve le "Salvator Mundi" de Léonard de Vinci ? Le mystère qui entoure le tableau le plus cher du monde sera mis à l'honneur par France 5, mardi 13 avril. Depuis sa découverte en Louisiane par un marchand d'art en 2005, acheté 1.175 dollars, à sa revente aux enchères le 15 novembre 2017 chez Christie's à New York pour 450 millions dollars, cette petite peinture de 65x45cm ne cesse d'intriguer. D'autant que l'authenticité de ce tableau, qui serait le seizième de l'artiste, fait débat auprès des experts. Leonard de Vinci pourrait n'y avoir donné que quelques coups de pinceau et laissé faire ses assistants.

Une histoire sur laquelle a enquêté pendant deux ans le réalisateur, Antoine Vitkine. "C'est suite à mon documentaire sur MBS que j'ai découvert que le prince saoudien avait acheté ce tableau et j'ai décidé d'enquêter. Parce que cela parlait aussi du monde et de géopolitique. Certaines personnes ont été ravies de me parler et d'autres ont refusé. Cela peut venir de mon profil aussi de journaliste généraliste", a-t-il expliqué à France Culture.

>> A lire aussi - Un couple vandalise par erreur une œuvre à 440.000 dollars

Au cours de ses investigations, relayées par Le Parisien, le journaliste et réalisateur a mis au jour une "quasi-affaire d’Etat". Un spécialiste d'art, Martin Kemp, reconnaît avoir pu "se tromper" en affirmant que ce tableau était un Léonard de Vinci et reproche à Christie's de s'être trop avancée en le vendant comme tel en 2017. En avril 2018, le cas (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le gigantesques barrage voulu par Pékin au Tibet inquiète l’Inde
Achat du vaccin Spoutnik V par l’Allemagne : la France dénonce un “coup de communication pas très sérieux”
Le Venezuela va produire Abdala, un vaccin Covid-19 de Cuba
Le chef Christophe Leroy confirme recevoir des clients dans son club privé
Mise en vente des autotests en pharmacie, ouverture de la vaccination au plus de 55 ans, baisse des rendements après l'épisode de gel... Le flash éco du jour