Pourquoi la suppression du corps diplomatique fait polémique

·1 min de lecture
© AFP

Le projet de suppression du corps diplomatique, englobé dans la réforme de la haute fonction publique, était connu depuis plusieurs mois. Mais la publication du décret rendant son application officielle a relancé le débat sur ce changement voulu par Emmanuel Macron . Les candidats à l’élection présidentielle Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ou encore le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti s’en sont émus. « Le Journal officiel publie la suppression du corps diplomatique. La France sera donc le seul grand pays occidental sans diplomates professionnels. Une histoire de plusieurs siècles s’achève ainsi », a également regretté Gérard Araud, ancien ambassadeur de la France aux Etats-Unis et en Israël.

Concrètement, qu’est-ce que cette réforme change ? Jusqu’ici les membres du corps diplomatique du ministère de l’Europe et des affaires étrangères commençaient leur carrière après la sortie de l’école nationale de l'administration (ENA) ou grâce à la réussite du concours d’Orient. Ce statut en poche, ils faisaient ensuite leur chemin au ministère et acquerraient donc au fil des années une expertise enviable. « Dans toutes les démocraties, les métiers de la diplomatie sont accessibles sur concours et les carrières sont spécifiques », rappelle Christian Lequesne, professeur de sciences politiques à Sciences po et auteur de l’ouvrage Ethnographie du Quai d’Orsay.

"

« La question va être "comment avoir de la diversité dans les profils tout en ayant des gens rompus à la spécificité...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles