Pourquoi le sujet de français du brevet 2021 n'était pas un cadeau

·1 min de lecture

ÉDUCATION - Une épreuve de Français qui aura donné du fil à retordre aux élèves. Ce lundi 28 juin a marqué le début de l’examen écrit du brevet des collèges. Ce matin, les quelque 860 000 candidats ont planché sur l’épreuve de Français, mais le contenu de l’épreuve a rapidement été décrié sur les réseaux sociaux et par les syndicats. 

“On demande aux élèves de citer des œuvres qui n’ont probablement pas été citées en classe”, soulève Audrey Chanonat, secrétaire nationale du SNPDEN-UNSA et directrice du collège Missy à La Rochelle.

Pour rappel, l’épreuve de français du brevet des collèges est composée d’une explication de texte, d’une épreuve de grammaire, d’un travail de réécriture (avec au choix un sujet de réflexion ou un sujet d’imagination) et d’une dictée. L’épreuve terminale de français représente 100 points de la notation finale. 

Et c’est précisément le sujet de “réflexion” qui a posé problème. En s’appuyant sur les œuvres étudiées en classe, sur leurs lectures personnelles et connaissances cinématographiques et artistiques, les élèves de 3e étaient confrontés à la question suivante: “Aimez-vous découvrir des œuvres littéraires et artistiques dans lesquelles interviennent le surnaturel ou l’étrange?”

Mais ce sujet, en lien avec le registre du fantastique, relève du programme de littérature des classes de 4e, et fait partie du grand chapitre “Inventer des mondes/Découvrir le monde.”&nb...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles