Pourquoi souffre-t-on autant après une rupture amoureuse ?

·2 min de lecture

La douleur ressentie après une rupture amoureuse est bien réelle. Sciences et Avenir explore aujourd'hui les causes chimiques, biologiques et neurologiques de cette douleur, à l'occasion de la Question de la semaine.

Une rupture amoureuse, ça fait mal (une rupture des ligaments croisés aussi, mais ce n'est pas le sujet). La sensation que le monde entier s'effondre, que rien n'a plus de sens, que cette tristesse ne s'apaisera jamais... Si vous avez déjà vécu une rupture sentimentale, vous comprenez probablement cette douleur. C'est d'ailleurs le cas de Matt Nicolay. "Pourquoi souffrons-nous autant après une rupture ?", nous a-t-il demandé sur notre page Facebook. C'est notre Question de la semaine. Merci à tous et toutes pour votre participation, votre fidélité et votre curiosité.

Le chagrin d'amour, une douleur réelle sur le plan neurochimique

Ce qu'il faut déjà savoir, c'est que la douleur ressentie après une rupture amoureuse est bien réelle. Des chercheurs de l'Université du Colorado à Boulder (États-Unis) ont constaté dans leur étude parue dans le que les douleurs émotionnelles et physiques activent des régions cérébrales similaires. Pour le Pr. Tor Wager, principal auteur de l'étude en question, les cœurs brisés ont de "vraies" raisons de croire qu'ils ressentent de la douleur. "Sachez qu'elle est réelle, elle existe sur le plan neurochimique", a-t-il déclaré .

Cette équipe a par ailleurs montré qu' : le cerveau des sujets étant persuadés d'avoir reçu un produit pour atténuer leur chagrin d'amour (qui n'était en réalité qu'une simple solution saline) réagissait différemment. En particulier, le cortex préfrontal dorsolatéral, une région cérébrale jouant un rôle clé dans la gestion des émotions, s'activait significativement plus que chez les sujets n'ayant reçu aucun produit. Même constat pour la substance grise périaqueducale, responsable de la sécrétion de dopamine et d'opioïdes, des neurotransmetteurs capables de soulager la déprime.

L'amour, une question de chimie

Les neurotransmetteurs et les hormones, justement, sont les acteurs principaux de la pièce de théâtre de l'amour, et du chagrin qui accompagne une rupture sentimentale. En réalité, il s'agit avant tout d'une qu[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles