Publicité

Pourquoi les saumons d’élevage écossais meurent-ils par millions ?

PHOTO OLI SCARFF/AFP

Un record peut en cacher un autre. L’Écosse “venait tout juste de célébrer sa plus grosse production de saumon atlantique d’élevage jamais enregistrée, avec 205 000 tonnes sorties en 2021”, lorsque les autorités ont publié, la semaine dernière, des chiffres inquiétants, relate The Scotsman. Selon le journal d’Édimbourg, le Fish Health Inspectorate, l’organisme gouvernemental chargé d’inspecter les 213 fermes de salmoniculture écossaises, a relevé une explosion du taux de mortalité en 2022.

Au total, quelque 15 millions d’individus ont péri avant récolte au cours des onze premiers mois de l’année, “soit deux fois plus qu’en 2021 et trois fois plus qu’en 2020”. De septembre, à novembre, “le taux de mortalité a même bondi pour atteindre un niveau historique”, précise The Scotsman.

Facteurs climatiques et mauvaises pratiques

À l’origine de cette hécatombe, une prolifération de microméduses “inhabituelle” alimentée par le réchauffement des océans, assurent les producteurs. “Les mois d’automne, au cours desquels l’eau atteint sa température la plus élevée, sont en plus particulièrement propices aux infections”, complète le quotidien The Guardian, à Londres.

“Pendant leur cycle de vie de deux ans, les saumons souffrent par ailleurs des aléas climatiques, de l’intrusion de prédateurs et de problèmes liés aux branchies.”

Mais pour les associations de défense de la cause animale, les effets du réchauffement climatique n’expliquent pas tout. Ainsi, Animal Equality UK dénonce en premier lieu la surpopulation des cages, “qui peuvent atteindre 160 mètres de diamètre”.

Enjeux financiers élevés

“Le secteur se retrouve de plus en plus sous pression, renchérit The Scotsman, critiqué pour son utilisation massive de produits chimiques et d’antibiotiques, sa pollution des fonds marins et son recours à des moyens controversés de dissuasion à l’encontre des prédateurs comme les phoques.”

Et ces protestations risquent de s’amplifier dans les années à venir : d’ici à la fin de la décennie, le gouvernement local écossais vise un doublement de la production annuelle, à 400 000 tonnes. Avec des enjeux financiers d’envergure à la clé : le saumon d’Écosse caracole déjà en tête des exportations de nourriture britannique, pour une contribution de 850 millions d’euros à l’économie locale.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :