Pourquoi la série "Chernobyl" nous fascine (et nous effraie) autant ?

Elodie Drouard
Christine Fassert, spécialiste des conséquences éthiques, sociales et politiques de l'accident nucléaire de Fukushima (Japon), nous livre ses impressions sur la série diffusée sur OCS, ainsi que quelques éléments de compréhension sur son succès.

Il n'aura fallu que cinq épisodes à Chernobyl pour faire oublier la fin de Game of Thrones. Diffusée en France sur la chaîne OCS City entre le 7 mai et le 4 juin, la série coproduite par HBO et Sky Atlantic, qui retrace les événements survenus après l'explosion d'un réacteur nucléaire dans une centrale près de Pripiat (Ukraine), le 26 avril 1986, est rapidement devenue la série la mieux notée sur le site de référence IMDb.


Christine Fassert, chercheuse en sociologie au laboratoire des sciences humaines et sociales de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) et à l'université de Paris 1, nous livre quelques clés pour tenter de comprendre cet engouement autour d'une série qui relate un événement aussi dramatique que terrifiant.

Franceinfo : Comment expliquez-vous le succès de la série Chernobyl ?

Christine Fassert : Déjà, beaucoup de jeunes, qui sont majoritairement le public qui regarde aujourd'hui des séries, n’étaient pas nés en 1986. Pour mon fils de 17 ans, Tchernobyl évoquait "simplement" un accident nucléaire. Ceux qui ne l'ont pas vécu ne se rendaient pas compte de l'ampleur des faits. Moi, je suis certes un peu obsédée par le nucléaire, mais j’ai été complètement happée par l'histoire au point de regarder trois épisodes à la suite un soir. Et je peux (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi