Pourquoi les Russes soutiennent-ils la guerre en Ukraine ?

Plus de cent jours après le début de l'invasion de l'Ukraine, la plupart des Russes soutiennent l'intervention militaire de leur pays - même s'ils semblent s'y intéresser un peu moins.

Le Centre Levada, le seul grand institut de sondage indépendant du pays - il est qualifié d' "agent de l'étranger" par les autorités russes - a enquêté sur la perception de la guerre : selon lui, 73% des personnes interrogées estiment que cette "opération militaire spéciale" (c'est l'expression employée par le régime et les médias) est un succès.

Pour Lev Gudkov, le directeur du Centre Levada, cette adhésion le résultat d'un lavage de cerveaux hérité de la propagande soviétique :

"Il s'agit presque d'un blocus total de l'information et de censure. Une énorme partie de la population s'informe uniquement à travers la télévision. Et c'est de la télévision que viennent cette démagogie agressive, ces mensonges, cette propagande dans la ligne du régime, avec la manipulation des images et des affirmations radicales.

On ne parle pas seulement d'un impact soudain de la propagande actuelle ; le sujet est bien plus profond : la propagande a remis à jour ces couches qui s'étaient développées à l'ère soviétique et qui la caractérisaient. C'est la psychologie d'une forteresse assiégée, c'est une lutte avec l'Ouest, c'est faire bloc autour de la direction du pays... D'un point de vue général, on semble être revenus à tout le contexte de l'époque soviétique.

L'opposition à l'Occident, les deux puissances, combattre l'ennemi, s'appuyer sur le capital moral de la victoire sur le nazisme.... Et reprendre la rhétorique de la lutte contre le nazisme, peu importe qui sera déclaré nazi aujourd'hui.

D'un point de vue général, on semble être revenus à tout le contexte de l'époque soviétique : l'opposition à l'Occident, les deux puissances, combattre l'ennemi, s'appuyer sur le capital moral de la victoire sur le nazisme.... Et reprendre la rhétorique de la lutte contre le nazisme, peu importe qui sera déclaré nazi aujourd'hui

Il y a un soutien à la guerre, il y a une approbation des actions de Poutine, sa cote de popularité reste à un niveau très élevé, comme c'est toujours le cas pendant les campagnes militaires : pendant la deuxième campagne de Tchétchénie, la guerre en Géorgie ou l'annexion de la Crimée. Maintenant, sa cote s'approche du maximum."

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles