Pourquoi le retrait des Russes de l'ISS est amèrement « regretté » par les Américains

© REUTERS

Bien au-delà du domaine terrestre se joue la conquête de l'espace, enjeu contemporain majeur pour les grandes puissances. Dès le début du XXe siècle, la Russie occupe une place essentielle dans l'histoire de l'exploration du système solaire. Si le pays de Vladimir Poutine ne compte aucunement faire taire ses ambitions, il vient d'annoncer une décision déconcertante. Mardi 26 juillet, lors d'une rencontre télévisée avec le chef du Kremlin, le nouveau patron de l'Agence spatiale Roscosmos, Iouri Borissov. a révélé que la Russie arrêterait d'exploiter la Station spatiale internationale (ISS) « après 2024 ». « Nous allons sans doute remplir toutes nos obligations à l'égard de nos partenaires mais la décision de quitter cette station a été prise », a-t-il précisé avant d'évoquer la « création d'une station orbitale russe » et la mise en place d'un « programme scientifique systémique et équilibré pour que chaque vol nous enrichisse en connaissances dans le domaine spatial ».

Outre-Atlantique, cette rupture est particulièrement mal vécue. D'autant plus que, mi-juillet, les Russes et les Américains avaient annoncé reprendre leurs vols conjoints vers l'ISS. Ce revirement de situation, seulement quelques jours après cette déclaration, sidère le pays de l'Oncle Sam, qui s'est dit « pris par surprise » lors d'un point-presse . « C'est un développement regrettable, étant donné le travail scientifique essentiel réalisé à bord de l'ISS, la précieuse collaboration professionnelle que nos...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles