Pourquoi le rachat de Twitter par Elon Musk divise-t-il la classe politique américaine ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Elon Musk a passé un accord avec le conseil d'administration de Twitter pour racheter le réseau social au prix de 54,20 dollars par action, ce qui le valorise à environ 44 milliards de dollars, annonce lundi Twitter dans un communiqué. Le patron de Tesla et homme le plus riche au monde devient donc le propriétaire de la plateforme qu'il considère comme "la place publique numérique où les sujets vitaux pour le futur de l'humanité sont débattus". Pourquoi cette prise en main enthousiasme-t-elle les élus républicains mais inquiète-t-elle les démocrates ?

Le sujet ravive les fractures idéologiques de l'Amérique

Elon Musk veut davantage de transparence sur Twitter, avec un algorithme public et donc une meilleure compréhension du fonctionnement du réseau pour les utilisateurs, la possibilité de corriger des tweets et surtout un allégement de la modération. C'est ce sujet qui ravive les fractures idéologiques de l'Amérique. L'émission phare de Fox News parlait hier soir d'une grande victoire pour la liberté d'expression. Une sénatrice républicaine y voit un grand jour pour être conservateur sur Twitter. Il s'agit là de cette droite radicale américaine qui s'estime constamment censurée par les médias, par la gauche, et qui n'attend qu'une chose : le retour de Donald Trump sur Twitter, ce qui est pourtant bien loin d'être acquis. L'ancien président a fait savoir qu'il comptait rester sur sa propre plateforme.

>> Retrouvez Punchline en replay et en podcast ici 

Crainte d'une...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles