Pourquoi le pronom "iel" a-t-il fait polémique?

·1 min de lecture

La langue française nous fait-elle perdre la tête? Comme régulièrement dans l'actualité, les jugements de valeur et les attachements affectifs nourrissent les débats dès que quelque chose bouge dans la langue – une passion très française qui montre les différences de perception sociohistorique et politique des langues en fonction des pays. Ainsi la langue espagnole a déjà connu plusieurs réformes tandis que la langue anglaise voyait le "they" singulier élu mot de la décennie, sans que cela ne déclenche d'excessives passions.

Et bien évidemment, la polémique n'a pas manqué d'enfler lorsque le très sérieux dictionnaire Le Robert, dans son édition en ligne, a choisi d'y faire figurer le pronom "iel" qui consiste en une proposition de contraction des pronoms français "il" et "elle". Comme "they" en anglais, ce pronom a pour objectif d'aider les personnes ne s'identifiant pas à un genre biologique à se définir.

Contrairement à ce que l'on a pu entendre de la part des commentateurs les plus émus, les éditions Le Robert ne constituent pas une "armada militante" déterminée à malmener la langue française, mais simplement une équipe de lexicographes qui, avec patience et méthode, observent les évolutions lexicales et décident ensuite de faire entrer ou sortir les mots de leurs éditions – comme le souligne leur impeccable mise au point. Mais en France, lorsque quelque chose se passe au niveau de la langue, même certains et certaines linguistes y perdent leur latin, confondant attention...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles