Pourquoi les professionnels du rafting dans l'Aude sont-ils privés d’eau ?

"Pour l'instant on les garde mais on ne sait pas combien de temps", plaisante Alain en montrant à ses clients l'autocollant EDF qui figure sur chacun des casques de sa base nautique. Le groupe qu'il mène aujourd'hui depuis Quillan avait réservé pour une sortie en rafting, sauf que le débit est loin d'être suffisant pour pratiquer. Il faut donc se rabattre sur du canoë. "On a trouvé une activité de remplacement pour aujourd'hui", explique Alain de Sud Rafting.

Le conflit ukrainien mobiliserait l'ensemble des ressources hydroélectriques

"On va essayer de faire ce parcours-là. On s'adapte comme on peut, avec des embarcadères et des débarcadères qui ne sont pas trop prévus pour ça. On bricole, on essaie tant bien que mal de sauver notre début de saison". S'il manque de l'eau c'est en partie à cause de la sécheresse mais aussi parce que l'Etat a choisi de limiter les lâchers d'eau pour assurer la production électrique au niveau des barrages EDF. Fin avril, lors d'une réunion en préfecture, Didier Astre, qui dirige la base Eaurizon à Puichéric et qui est aussi l'un des représentants de la quinzaine de loueurs installés le long de l'Aude, a appris qu'il n'y aurait pas de lâcher ce printemps.

 

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Hors Covid , une convention prévoit habituellement une quinzaine de lâchers pour le début de saison. Des périodes de six heures consécutives où le barrage ouvre les vannes pour assurer un débit de 7m3 nécessaire à la pratique du raft...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles