Pourquoi le plan B de Mélenchon pour l'Europe n'est pas le même que celui de Le Pen

Alexandre Boudet

POLITIQUE - Ce n'est pas l'option numéro un. Mais Jean-Luc Mélenchon l'assure: sans plan B sous la main, son plan A de refondation de l'Europe n'est pas crédible. C'est donc pour élaborer ce scénario de secours que le candidat de la France insoumise est à Rome ce samedi 11 mars.

Entouré de dizaines de responsables et d'élus partis de la gauche radicale européenne (Podemos en Espagne, Mouvement Cinq Etoiles en Italie), l'eurodéputé participe au quatrième sommet du plan B après ceux de Paris, Madrid et Copenhague en 2016. Celui-ci intervient à deux semaines des 60 ans du Traité de Rome qui a jeté les bases de l'Union européenne.

Jean-Luc Mélenchon en Italie

C'est depuis la capitale italienne, que le patron de la "France insoumise" a indiqué avoir récolté les 500 parrainages nécessaires pour se présenter à l'élection présidentielle 2017.

Tous les participants, dont Jean-Luc Mélenchon, basent leur stratégie sur l'échec d'Alexis Tsipras quand il a été élu en Grèce en janvier 2015. "Il s'est condamné à l'impuissance en ne préparant pas de plan B", explique l'entourage du candidat. C'est aussi la conviction de Yanis Varoufakis, l'ancien ministre grec de l'Economie que la gauche radicale aime souvent citer. Pour le Parti de gauche, sur lequel Mélenchon a conduit sa candidature, ce n'est qu'avec cette confrontation qu'une nouvelle "Europe du progrès humain" sera possible.

Mais en allant jusqu'à évoquer une sortie de l'euro, le candidat de la gauche radicale rapproche sa position de celle de Marine Le Pen qui fait de ce point l'alpha et l'oméga de sa politique. Une comparaison qu'il récuse bien évidemment et qui le fait sortir de ses gonds comme lors de "L'Emission politique" fin février sur France 2. Alors a-t-on raison de faire le lien? Voici les différences entre les deux approches.

Désobéir immédiatement

Jean-Luc Mélenchon prévient: aussitôt arrivé à l'Elysée, il ne respectera pas les traités que la France suit depuis des décennies. "Nous désobéirons aux traités afin d'améliorer...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages