Pourquoi plus de personnes vaccinées que de non vaccinées meurent de la Covid-19 en Angleterre

·2 min de lecture

Le chiffre a fait le tour des réseaux sociaux, alimentant le discours sur l’inefficacité des vaccins. Pourtant, en y regardant de plus près, cette statistique n’a rien de surprenant et elle est même tout à fait logique. Futura explique pourquoi.

C’est une statistique assez perturbante dont se nourrissent les antivax : entre le 1er février et le 21 juin 2021 en Angleterre, il y a eu davantage de morts de la Covid-19 parmi les personnes vaccinées et testées positives au variant Delta que parmi les personnes non vaccinées, atteste un rapport du gouvernement. Plus exactement, sur les 257 décès, 45 personnes avaient reçu une dose, 118 avaient reçu deux doses, et 92 n'avaient reçu aucune injection. La conclusion hâtive qu'il pourrait être tiré de ces statistiques est que le vaccin n’est pas efficace, voire dangereux.

Les personnes âgées disproportionnellement touchées

Mais, c’est précisément là qu'il faut se méfier des chiffres. Car vacciné ou pas, les morts se comptent toujours principalement parmi les plus âgés : les plus de 50 ans représentent en effet 90 % des décès. « Une personne de 70 ans est 32 fois plus susceptible de mourir de la Covid-19 qu'un jeune de 35 ans », atteste Christian Yates, chercheur à l’université de Bath, au Royaume-Uni. Or, aucun vaccin n’est efficace à 100 %. Ce qui signifie qu’une personne âgée de 70 ans et vaccinée est toujours plus à risque de mourir de la Covid-19 qu'un jeune de 35 ans non vacciné. C’est relativement facile à comprendre : « Imaginez que tout le monde soit entièrement vacciné. Malgré l’excellente efficacité des vaccins, certaines personnes continueront malgré tout de mourir, explique Christian Yates. On aura alors 100 % de personnes vaccinées parmi les décès. Mais cela ne signifie pas que les vaccins ne sont pas efficaces ! »

Répartition des décès liés à la Covid-19 en France. © C.D, Futura, d’après Santé publique France
Répartition des décès liés à la Covid-19 en France. © C.D, Futura, d’après Santé publique France

Vaccin : une réduction du risque d’hospitalisation de 87 %

Selon l’étude française Epi-Phare, les vaccins réduisent de 87 % le risque de forme grave de la Covid-19 chez les personnes de plus de 75 ans. En d’autres termes, le risque est réduit d’un facteur 9. Or, on voit que cette réduction est loin de compenser l’augmentation de 32 fois le risque de...

> Lire la suite sur Futura

Ce contenu peut également vous intéresser :

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles