Pourquoi il n'y aura pas de fact-checking durant le débat de l'entre-deux tours

·1 min de lecture

Léa Salamé et Gilles Bouleau vont présenter le débat de l'entre-deux tours mercredi soir, qui oppose Emmanuel Macron et Marine Le Pen pour le match retour après la présidentielle de 2017. Un événement à suivre en direct et en intégralité sur Europe 1 à partir de 21 heures. Mais pendant le débat qui doit durer environ 2h30, les deux journalistes ne pourront pas faire de fact-checking pour corriger une erreur ou une approximation d'un candidat. "Ils sont médiateurs, arbitres, mais ils sont là pour animer un débat entre deux candidats, et c'est aux candidats de se répondre l'un à l'autre", explique Adrien Gindre, directeur du service politique de TF1, dans Culture médias .

>> Retrouvez Philippe Vandel et Culture-Médias tous les jours de 9h à 11h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

"C'est la différence avec une interview classique", poursuit le journaliste politique. "Pendant une interview classique, le journaliste est là pour apporter la contradiction ou préciser la réalité. Là, ce sera le travail de chacun des candidats, l'un par rapport à l'autre. Si Marine Le Pen ou Emmanuel Macron profère une contre-vérité, c'est à son adversaire de s'en emparer et de lui répondre. Ce n'est pas Léa Salamé ou Gilles Bouleau qui vont distribuer les bons et les mauvais points", indique Adrien Gindre.

Des dispositifs de fact-checking sur les réseaux sociaux

Le chef du service politique de TF1 souligne que les deux journalistes "ne sont pas là pour dire 'vous avez raison' o...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles