Pourquoi Nicolas Sarkozy en veut à son père, volage et fantasque

·1 min de lecture

Le père de Nicolas Sarkozy, Pal Sarkozy de Nagy-Bosca, avait accepté de témoigner dans les colonnes du Monde à l’occasion d’un article publié le 31 décembre dernier sur l’ « histoire compliquée » entre les trois derniers présidents de la République et leurs pères. Seulement, le grand-père de Giulia, 92 ans, a finalement annulé le rendez-vous « à la demande de son fils », précise le journal. Entre eux la mésentente ne date pas d’hier. En 2011, il avait annoncé à la presse, dans les colonnes du quotidien allemand Bild, la grossesse de Carla Bruni. Mais la vraie rupture est bien plus ancienne comme l’explique Le Monde. Nicolas Sarkozy n’a que 5 ans quand son père « quitte sa femme et ses trois garçons du jour au lendemain ». Choqué, le futur président ne lui pardonnera jamais vraiment cet abandon de la part de ce « personnage fantasque, mythomane ». Le journal ajoute « volage » dans sa description au sujet de celui qui a été marié à quatre reprises. Pour réussir à séduire les femmes, il se serait inventé un château.

« Nicolas lui en voulait terriblement d’avoir abandonné sa mère. Moi qui venais d’une famille bourgeoise classique, j’écarquillais les yeux quand il me disait qu’il allait voir son père pour le contraindre de payer à sa mère la pension alimentaire », se souvient dans Le Monde son ami, l’ancien ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux. « À part d’un père, je ne manque de rien », avait-il déclaré en 2005 à la télévision en 2005 en reprenant la phrase du tube de Calogero (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Robert Hossein : une vie simple et inséparable de "son élégante épouse" Candice Patou
Le prince Philip "réticent" : cette célébration dont il ne veut pas entendre parler
Kate Middleton et William sont fiers : George et Charlotte, nouveaux ambassadeurs royaux
Mélissa Theuriau angoissée par le test "PCR marocain" de son mari Jamel Debbouze... Rigolade !
Prince Harry : son dernier projet ne devrait pas plaire du tout au prince William...