Pourquoi ne tient-on jamais ses bonnes résolutions ?

Perdre du poids, arrêter de fumer, apprendre le chinois, passer plus de temps avec ses proches… Réveillon rime souvent avec bonnes résolutions. Mais, à bien y réfléchir, n’avions-nous pas pris les mêmes l’année dernière ? Selon un sondage Ipsos de 2012, les Français projettent de se mettre au sport (37 %), de se réserver des moments de détente (36 %), de prendre davantage soin de leur corps (28 %)… Aussitôt écrites, aussitôt oubliées, ces belles intentions ? En 2007, le psychologue britannique Richard Wiseman a suivi 3 000 personnes décidées à changer. Au début de l’expérience, 52 % d’entre elles croyaient dur comme fer à leur réussite (une petite moitié baissait donc déjà les bras avant d’avoir commencé). Douze mois plus tard, seulement 12 % avaient atteint leur graal.

Pourquoi est-ce si difficile de résister à l’envie de se jeter sur un gâteau ou d’allumer une cigarette ? En fait, notre cerveau n’est pas conçu pour lutter contre les habitudes. Céder à un carré de chocolat provoque un plaisir fugace et libère une dose de dopamine qui conditionne à en désirer toujours plus. « Ce neurotransmetteur renforce la liaison entre deux zones du cerveau : le cortex préfrontal, impliqué dans le comportement, et le striatum, qui mémorise nos routines. La dopamine consolide ce lien un peu plus à chaque fois », détaille Mathias Pessiglione, chercheur à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière. En somme, en rentrant chez vous, si vous avez l’habitude d’ouvrir le placard pour croquer un (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Épidémie de grippe : pourquoi est-elle aussi forte cette année ?
Génotype : voici pourquoi vous devez réaliser le test de compatibilité avant de faire des enfants
Peut-on manger la peau des pommes ?
Pourquoi la cortisone fait gonfler le visage ?
Hyperhidrose craniofaciale : voici pourquoi transpire-t-on beaucoup du visage