Pourquoi il ne faut pas dire à sa fille : "Qui aime bien châtie bien"

·2 min de lecture

"Qui aime bien châtie bien", "Il t'embête car il t'aime bien"... Qui n'a jamais entendu un parent décocher de tels adages à sa fille ? Adages ou plutôt sornettes : loin d'être anodines, ces réflexions sont hors-sujet, désuètes voire carrément dangereuses. On explique.

Vous connaissez certainement quelques comédies romantiques. Les plus emblématiques : Quand Harry rencontre Sally, Just Married, Vous avez un message, Pour le pire et pour le meilleur... Dans tous ces films, protagonistes féminin et masculin se détestent toujours au début. Très souvent (en fait, tout le temps) pour la simple et bonne raison que le mec de l'histoire est odieux, insupportable, voire infect. Mais à la fin, ils se tombent dans les bras - sans pour autant que le bonhomme ait évolué.

Une curieuse mécanique hollywoodienne qui banalise les relations toxiques. Et réduit l'amour à un postulat : "qui aime bien châtie bien". Rien de mieux pour fuir toute forme d'introspection masculine. Or tenez-vous bien, cet adage ne concerne pas que les adultes ou les rom'coms américaines. Non, c'est cette philosophie que subissent les enfants, et notamment les filles, quand, "embêtées" par un camarade, elles appellent à l'aide leurs parents, qui rétorquent : "S'il t'embête, c'est parce qu'il t'aime".

Un "qui aime bien châtie bien" version kids. Et qu'il serait plus que recommandé de fuir. Car les incidences d'une telle logique sont aussi nombreuses que nocives. En voici quelques unes, passées en revue par des expertes de l'éducation et de la psychologie enfantine.

C'est la plus évidente des raisons, en fait. "Qui aime bien châtie bien", "Il est méchant avec toi car il t'aime bien"... Approuver ces dictons bêbêtes, c'est valider une attitude : celle de l'agresseur. Quand on parle de l'enfance, on tend à résumer un comportement belliqueux à de simples "chamailleries", comme on dit. Mais ce n'est pas là l'avis de l'auteure jeunesse américaine Barbara Dee. Dans son bien nommé ouvrage Maybe He Just Likes You, elle pose de vrais termes sur cela : harcèlement, intimidation, toxicité.

"Ce sont des mots familiers et dangereux", affirme-t-elle sur le blog éducatif A Mighty Girl. A la... Lire la suite sur le site Terrafemina

Ce contenu peut également vous intéresser :


5 conseils pour être (enfin) prise au sérieux au travail
8 tactiques pour (enfin) dormir avec un homme qui ronfle
Transformer des yeux marrons en yeux bleus ? C'est maintenant possible
Grands-parents : ces 18 étapes qui vous ont filé un coup de vieux
10 mannequins différents qui font du bien à la mode