Pourquoi vous ne devez pas mettre de miel dans votre infusion ou votre thé

Tiphaine Honnet
1 / 2

Pourquoi vous ne devez pas mettre de miel dans votre infusion ou votre thé

/

Un peu de miel dans une boisson chaude, ou comment associer l’utile à l’agréable à l’heure où la température dégringole. Pourtant, ce réflexe préventif ne serait pas le plus efficace pour apaiser les maux de l’hiver. Quatre spécialistes font le point sur cette erreur commune.

À chaque mal de gorge, on dégaine sa petite cuillère de miel. Anti-inflammatoire, antibactérien, antiseptique, cicatrisant, énergisant… On ne compte plus les vertus de ce liquide doré, issu du nectar des fleurs et transformé par les abeilles Apis mellifera. Dans l'Égypte ancienne, le produit était tellement plébiscité qu'on l'offrait même aux dieux. Néanmoins, pour bénéficier de ses propriétés curatives, mieux vaudrait éviter d'en glisser dans son thé ou son infusion. Explications.

À lire aussi" Miel, propolis, gelée royale... Leurs vertus insoupçonnées pendant l'hiver

En vidéo, cinq remèdes pour combattre le rhume

La chaleur dégrade les actifs vivants

En pratique, l'action antibactérienne et antiseptique du miel provient de la synergie de plusieurs facteurs. À commencer par son acidité, due à son pH très peu élevé, qui empêche les bactéries de se multiplier. Son fort taux de sucre (80%), associé à une faible teneur en eau (15 à 18%), s'occupe, quant à lui, d'absorber les particules d'eau vitales pour les bactéries pour mieux les détruire. Enfin, on retrouve également dans notre pot de miel des enzymes de défense transmises par l'abeille comme le glucose-oxydase qui va produire du peroxyde d'hydrogène, plus connu sous le nom d'eau oxygénée, ce fameux antiseptique utilisé à la rescousse des petits bobos.

Seulement, à partir du moment où vous allez approcher une bouilloire de ce microcosme, vous allez perturber son bon fonctionnement. "Le miel est très sensible à l'oxydation et la chaleur", observe le médecin nutritionniste Hafid Halhol (1). Plus la (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Stévia, aspartame, miel... Que valent réellement ces alternatives au sucre ?
Choix, dégustation, conservation... Petit précis du miel
Lèvres gercées : quel baume choisir cet hiver ?
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro Madame